/news/society

Week-end de Formule 1 à Montréal

Des publicités pour contrer la prostitution pendant le Grand Prix

TVA Nouvelles

Alors que des milliers de touristes convergent vers Montréal pour les festivités entourant le Grand Prix de Formule 1, une série de publicités visant à décourager les hommes d'acheter des services sexuels vient d'être lancée.

Le regroupement «Un trop grand prix», qui fait de la sensibilisation auprès des jeunes filles, veut cette fois parler aux hommes directement.

Cinq messages publicitaires sont diffusés dans les toilettes pour hommes de 25 bars et restaurants du secteur de la rue Crescent.

La campagne a pour but de sensibiliser la clientèle aux impacts de la prostitution et rappeler que l’achat de services sexuels est illégal depuis 2014.

«Le problème, ce n’est pas l’individu et sa transaction, c’est le système au complet, explique Éliane Legault-Roy, du comité Un trop grand prix. C’est ce à quoi il participe, en fait, en allant voir une personne prostituée, en faisant affaire avec une escorte ou en allant au bar de danseuses.»

Mme Legault affirme que c’est la somme des «transactions» qui devient problématique.

«Toutes les demandes agrégées ensemble font en sorte qu’il y a des proxénètes qui recrutent, qu’on va chercher des jeunes femmes, qu’on banalise l’industrie du sexe», ajoute-t-elle.

Même s’il est difficile de quantifier le phénomène de la prostitution pendant le Grand Prix, un rapport de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) révélait au cours des dernières années qu’il y avait une augmentation de la traite de personnes à des fins sexuelles pendant cette fin de semaine.

Dans la même catégorie