/regional/troisrivieres/mauricie

Sécurité de l'espace aérien

G7: l'aéroport trifluvien invité à ouvrir l'œil

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

Le cercle de sécurité aérienne autour du Sommet du G7 dans Charlevoix s'étend jusqu'à Trois-Rivières.

Des policiers de la GRC ont demandé à la direction de l'aéroport et à des entreprises de location d'aéronefs d'être particulièrement vigilantes vendredi et samedi, et de rapporter tout comportement ou toute situation pouvant apparaître louche.

L'espace aérien au-dessus de la région de Charlevoix est fermé, mais les autorités souhaitent manifestement prévenir toute forme de coup de force pouvant provenir des airs.

«Nous avons été rencontrés par les autorités policières pour rester à l'affût de toute situation qui serait anormale et de les contacter si on découvre une anomalie ou une problématique quelconque», confie Pierre-Luc Clément, le directeur de l'aéroport.

Un pilote amateur de la Mauricie observe que les mesures de sécurité aérienne autour de ce G7 sont démesurées par rapport à ce qu'on a connu lors de l'organisation des premiers sommets, notamment celui de Montebello en 2007. Jean-Claude Meunier se rappelle avoir survolé par hasard à bord de son monomoteur le lieu de rassemblement alors que la réunion des sept grands leaders mondiaux était en cours.

«Ma trajectoire passait par Montebello. Le NOTAM (avis aux pilotes) interdisait seulement de voler en dessous de 5000 pieds. Je suis passé à 5500 pieds», se remémore-t-il.

Le ciel n'était tout de même pas dépourvu de surveillance à cette époque puisqu'est apparu rapidement un appareil militaire au bout de son aile.

«C'est impressionnant. Quand je me suis tourné, j'ai vu qu'ils m'observaient avec des jumelles. Ils ont alors fait une manœuvre d'échappement et m'ont laissé aller.»

Dans la même catégorie