/regional/troisrivieres/mauricie

Conflit de travail

Les professeurs de l'UQTR rejettent l’offre finale

Agence QMI

L’offre finale de la direction de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a finalement été massivement rejetée, a-t-on appris vendredi.

«Les délégués syndicaux ont rejeté massivement (94,2 %) la proposition patronale», peut-on lire dans un communiqué. Ils ont aussi «déploré l’attitude de la direction de l’UQTR qui dépose une proposition expirant le 13 juin à 16 h, ce qui laisse très peu de temps au Syndicat pour consulter ses membres», lit-on aussi.

Par ailleurs, une assemblée générale extraordinaire est prévue lundi à 12 h.

Le syndicat a toutefois dit vouloir que les discussions avec la direction de l’UQTR se poursuivent afin de parvenir à une entente satisfaisante pour les deux parties.

La convention collective des 439 professeurs est échue depuis le 31 mai 2017. Le principal point qui achoppe dans les négociations est le nombre de professeurs versus les chargés de cours. Pour respecter la dernière convention collective, l’Université devrait engager 27 professeurs pour atteindre le nombre de 466, ce qui représente le plancher d’emploi selon le représentant syndical René Lesage.

Diplômés malgré tout

Les dernières semaines ont été angoissantes pour les finissants de l'Université du Québec à Trois-Rivières, victimes directes du lock-out imposé à leurs professeurs.

«On attendait après nos professeurs pour avoir nos notes, raconte un étudiant. On ne savait pas si nous échouions les cours. On ne savait pas non plus si la remise des diplômes serait retardée.»

Une cérémonie a eu lieu vendredi pour célébrer les diplômés. Devant une salle bondée où les gardiens de sécurité étaient bien visibles, le recteur Daniel McMahon a convenu que la situation était loin d'être idéale.

«Je m'excuse personnellement aux étudiants qui ont subi les impacts de cela, même si on a tout fait pour tenter de les atténuer», a-t-il déclaré.

Dans la même catégorie