/buzz/homepage

Singapour

Dennis Rodman en pleurs après la rencontre Trump-Kim

TVA Nouvelles et AFP

L’ancien basketteur américain Dennis Rodman n’a pu retenir ses larmes après la poignée de main historique entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Lunettes de soleil et casquette «Make America Great Again», Rodman a eu du mal à dissimuler son émotion lors d’une entrevue accordée à CNN lundi soir.

«Ami» de Kim Jong Un, l’ex-basketteur de 57 ans a déjà fait plusieurs séjours en Corée du Nord. Ce qui lui a posé problème par moment selon lui.

«Quand je suis rentré chez moi, j’ai reçu beaucoup de menaces de mort», a-t-il assuré en pleurant depuis Singapour où il suit le sommet.

«J’ai dû me cacher pendant un mois. Mais j’ai gardé la tête haute, car je savais que les choses allaient changer.»

«J’ai toujours cru dans la Corée du Nord», a-t-il ajouté.

Kim «est comme un grand enfant, bien qu'il soit petit» et «je pense que Donald Trump comprend que les Nord-Coréens ont un coeur, une âme, du charisme et s'aiment les uns les autres», a-t-il ajouté, occupant la scène médiatique alors que les deux dirigeants étaient en pleine discussion.

«Je ne fais pas ça pour l'argent, je n'ai jamais commencé cela pour l'argent», a-t-il dit, confiant dans le fait de pouvoir voir Kim Jong Un, son «ami pour la vie», avant son envol pour Pyongyang.

Dennis Rodman est aussi revenu sur le fait que l’ancien président américain, Barack Obama, n’aurait pas voulu prendre connaissance d’une liste de question que Kim Jong Un lui aurait donné lors de sa première visite en Corée du Nord.

«Obama n’a pas voulu me consacrer une seconde. Alors que je continuais de vouloir l’approcher, il me repoussait.»

Dans la même catégorie