/news/law

Conduite dangereuse causant la mort

Longueuil: le policier roulait à 134 km/h dans la zone de 50 km/h

Claudia Berthiaume | Agence QMI

Le père du garçon mort dans une collision qui aurait été provoquée par un policier en filature croyait avoir le temps d’effectuer un virage sans danger, ne se doutant pas que l’agent de la Sûreté du Québec filait à 134 km/h dans une zone résidentielle de 50 km/h.

«Moi je devais tourner, puis il y avait une auto qui s’en venait quand même vite, mais j’ai calculé que j’aurais assez de temps pour passer [...], Moi, je pensais qu’en voyant que je passe, il aurait probablement ralenti, mais ça ralentissait pas», a relaté Mike Jude Belance aux policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) quelques heures après l’impact fatal du 13 février 2014.

Le SPVM était alors chargé de l’enquête indépendante puisque le conducteur de l’autre véhicule impliqué dans la collision survenue à l’angle des boulevards Gaétan-Boucher et Davis, dans l’arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil, était un policier de la Sûreté du Québec en filature.

«Sauvez-les!»

L’enregistrement audio du témoignage du père de famille a été entendu lundi au procès de l’agent Patrick Ouellet, accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort de Nicholas Thorne-Belance.

L’entrevue a été réalisée à l’hôpital Sainte-Justine, alors que M. Belance se trouvait au chevet de son fils de cinq ans souffrant d’un trauma crânien sévère.

Sa fille de 13 ans, qui était également dans le véhicule lors de l’impact, a quant à elle subi des blessures plus légères.

Mike Jude Belance était inconsolable lorsque les policiers l’ont rencontré.

«J’étais un peu sonné. Je me suis tourné pour voir comment allaient les enfants, et ils étaient inconscients, je pensais qu’ils étaient morts. [...] Là, les ambulanciers sont arrivés, j’ai demandé de sauver mes enfants: "Je peux pas vivre sans mes enfants, s’il vous plaît, sauvez-les, sauvez-les!"», a-t-il décrit en larmes.

Le petit Nicholas est décédé quatre jours plus tard, des suites de ses blessures.

Financement du PLQ

Lundi, la procureure de la Couronne, Me Geneviève Langlois, a expliqué au juge Éric Simard que l’accusé de 34 ans faisait de la filature dans le cadre d’un dossier d’abus de confiance impliquant des élus et des fonctionnaires.

C’était une enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) portant sur le financement du Parti libéral du Québec (PLQ), a témoigné le policier Francis Lallemand, au palais de justice de Longueuil.

La cible de la filature était Robert Parent, l’ancien directeur général du PLQ.

Or, ce matin-là, M. Parent aurait quitté son domicile plus tôt que les enquêteurs ne l’avaient anticipé. L’équipe de filature n’était pas encore en place, alors le sergent-détective Lallemand a entrepris de suivre le sujet lui-même, a-t-il dit.

La collision fatale aurait eu lieu au moment où l’équipe de filature venait de rejoindre la voiture de M. Parent.

D’après la Couronne, Patrick Ouellet roulait alors à 122 km/h – 12 km/h de moins que dans les secondes précédentes – dans une zone de 50 km/h.

Le procès du policier, défendu par Me Nadine Touma, se poursuit mardi.

Dans la même catégorie