/news/culture

Festival country de Lotbinière

Brett Kissel veut battre un record avec sa tournée

Sandra Godin | Agence QMI

DIDIER DEBUSSCHERE/AGENCE QM

Après avoir fait les premières parties de Garth Brooks l’an dernier, Brett Kissel suit les traces de son idole en prenant la route avec la plus imposante tournée canadienne pour un artiste country. Du «jamais vu», avance-t-il en entrevue avec «Le Journal de Québec».

Son premier arrêt de l’été est au Festival country de Lotbinière samedi.

Sans vouloir avancer de chiffre, il avoue que la tournée «We Were That Song», titre de son septième album paru en décembre, est très dispendieuse, mais que, jusqu’à maintenant, les investissements ont porté leurs fruits.

La plupart des 50 dates de la première portion de la tournée, qui s’est déroulée de janvier à avril, ont affiché complet. Cinquante autres dates sont prévues cette année, dont quelques-unes au Québec, qui seront annoncées durant les prochains mois, ce qui mènera à un total impressionnant de 100 spectacles à travers le pays.

«On veut battre un record de dates au Canada pour une tournée. On veut jouer dans chaque coin, chaque territoire», lance-t-il.

Pour le chanteur de 28 ans, le marché francophone du Québec n’est surtout pas à négliger, comme le font plusieurs artistes du new country.

«Je pense que beaucoup d’artistes country des autres provinces canadiennes ne veulent pas aller se produire au Québec parce qu’ils ne parlent pas la même langue et parce qu’ils ne connaissent pas ou ne croient pas en la passion des fans québécois pour le country. Pourtant, la passion des fans y est probablement plus intense que dans tout le reste du Canada.»

Inspiré par Garth Brooks

La vision grandiose qu’a eue Brett Kissel pour sa nouvelle tournée a été inspirée par son idole Garth Brooks, dont il a assuré les premières parties l’an dernier.

«C’est un très grand artiste, qui veut faire l’histoire avec chaque chose qu’il fait. J’ai été inspiré par ça. J’ai donc décidé de traverser le Canada comme aucun autre artiste ne l’a fait avant. C’est la tournée la plus dispendieuse de l’histoire canadienne de la musique, parce que je voulais aller dans les plus petites villes aussi, à des endroits où peu d’artistes se produisent.»

Tournée familiale

Marié et père de deux filles de trois ans et un an, il est hors de question pour Brett Kissel de faire la tournée sans sa famille. La route se fait à bord d’un autobus de tournée dans lequel toute la famille est installée.

Comme il nous l’a confié, le fait que sa famille soit investie dans sa carrière est essentiel à son succès et lui permet de trouver l’équilibre. Sa femme, Cecilia, est impliquée dans chacune des décisions.

«Ce n’est pas ma carrière, c’est notre carrière, insiste-t-il. Je pense à la ¨business¨ tout le temps, mais ma femme me garde les deux pieds sur terre. Avoir mes filles avec moi permet de partager des moments très spéciaux. Je sors de scène et je change des couches, dit-il en riant. Ça me permet de rester vrai.»

Le rêve américain

À la fin de l’année, Brett Kissel, qui a grandi sur un ranch en Alberta, aura parcouru son pays d’origine d’un bout à l’autre, à l’issue d’une tournée qu’on peut déjà qualifier de réussie.

Puisqu’il réside aujourd’hui à Nashville, rêve-t-il d’une aussi imposante tournée, mais aux États-Unis? «Absolument, répond-il. Un des buts est de me concentrer à élargir mes frontières. Mais avant, je veux être certain de m’occuper des fans chez moi.»

Programmation extérieure du Festival country de Lotbinière:

Vendredi 15 juin

19 h 30 : Five Roses

20 h 30 : Dan Davidson

21 h 30 : Meghan Patrick

Samedi 16 juin

19 h 30 : Matt Langevin

20 h 30 : Eric Ethridge

21 h 30 : Brett Kissel

Pour les concerts en salle et toute la programmation, visitez le countrylotbiniere.com.