/news/law

Procès de Patrick Ouellet

Les automobilistes ont cru que les policiers étaient des enragés du volant

Claudia Berthiaume | Journal de Montréal

PHOTO CHANTAL POIRIER

Les automobilistes qui ont croisé la route d’une équipe de filature de la Sûreté du Québec, dont un membre est accusé d’avoir causé la mort d’un enfant après une collision, ont cru que les policiers étaient des enragés du volant qui faisaient une course.

Des résidents de l’arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil, ont été offusqués par ce qu’ils ont vu sur la route, le 13 février 2014.

Ce qu’ils ont vu, c’est l’agent Patrick Ouellet et ses collègues de l’équipe de filature en train d’effectuer du «rattrapage» pour atteindre leur cible de la journée.

Les policiers devaient suivre les déplacements de l’ex-directeur général du Parti libéral du Québec, Robert Parent, dans le cadre d’une enquête de l’Unité permanente anticorruption concernant le financement politique.

Le policier Ouellet, 34 ans, subit actuellement son procès pour conduite dangereuse ayant causé la mort du petit Nicholas Thorne-Belance, âgé de 5 ans.

Rage au volant

Ce matin, Mélanie Ménard a raconté au juge Éric Simard avoir été dépassée par la droite par une « Toyota noire très propre » qui circulait à haute vitesse sur le boulevard Cousineau. La dame allait reconduire ses trois enfants à l’école, peu avant 8h.

«On a tous fait le saut dans l’auto. Ça a fait l’effet d’une moto qui dépasse très rapidement sur une route de campagne. Tu sens le vent qui brasse ton véhicule», a décrit la mère de famille, au palais de justice de Longueuil.

Mme Ménard a ensuite observé deux autres véhicules qui tentaient de se faufiler dans la circulation.

«Ça ressemblait à trois personnes qui font de la rage au volant qui essayaient de se rattraper l’un l’autre», a-t-elle illustré.

Sylvain Gagné roulait lui aussi sur le boulevard Cousineau, après avoir reconduit son fils à la garderie.

Le père à famille a d’abord vu une «Berline or» le dépasser rapidement.

«J’ai sursauté parce qu’il a clanché. Je ne l’ai jamais vu arriver, il est passé comme une bombe», a-t-il relaté ce matin.

C’est le chef d’équipe de Patrick Ouellet, l’agent Denis Guérette, qui était au volant du véhicule, a-t-on appris lors du témoignage de ce dernier, plus tôt en avant-midi.

M. Gagné a ensuite remarqué deux autres véhicules, dont «une berline noire intermédiaire circulant significativement au-dessus de la limite permise».

«J’étais convaincu que c’était une course. C’était irresponsable, des têtes brûlées», a décrit le père de famille.

Ce dernier a constaté la collision entre la Toyota noire et la Kia grise du père de Nicholas Thorne-Belance quelques centaines de mètres plus loin, sur le boulevard Gaétan-Boucher.

Mike Jude Belance tournait sur le boulevard Davis lorsque la voiture banalisée du policier qui arrivait en sens inverse l’a percutée à près de 134 km/h.

«J’ai vu quelqu’un courir du véhicule noir vers la Kia», a souligné Sylvain Gagné à la cour.

L’enfant de 5 ans a subi un trauma crânien sévère et a succombé à ses blessures quelques jours plus tard.

L’agent Patrick Ouellet a été accusé en mai 2015.

L’enquête indépendante a été menée par le Service de police de la Ville de Montréal.

Dans la même catégorie