/regional/sherbrooke/estrie

Sherbrooke

L’opposition tire à boulets rouges après la fermeture d'une résidence

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Les partis d'opposition à Québec ont tous dénoncé la fermeture inattendue de la résidence pour personnes âgées Treizième Nord, à Sherbrooke.

En attendant d'en connaître les raisons, on a surtout décrié le court avis donné aux 25 locataires.

Personne ne se retrouvera à la rue, a assuré la propriétaire. Les locataires qui sont incapables de déménager avant jeudi ou vendredi vont pouvoir continuer d'habiter la résidence.

N'empêche qu'il y a lieu de se questionner, selon les partis d'opposition à l'Assemblée nationale.

Les locataires qui sont incapables de déménager avant jeudi ou vendredi vont pouvoir continuer d'habiter la résidence.

Harold Lebel, porte-parole péquiste pour les aînés, et François Bonnardel, leader parlementaire de la CAQ, ont tiré à boulets rouges sur la ministre responsable des Aînés, Francine Charbonneau.

D'autant que ce n'est pas un cas unique. Le 24 mai dernier, une quarantaine de personnes avait eu 48 h pour quitter une résidence privée de Vallée-Jonction, en Beauce.

Bien qu'elle déplore l'avis de quelques jours donné aux 25 locataires, la ministre Charbonneau ne remet pas en doute la bonne foi des propriétaires.

À la suite de la tragédie de L'Isle-Verte en janvier 2014, les normes entourant la certification des résidences privées ont été resserrées. Personne ne s'en plaindra, mais le constat est le suivant: environ 370 résidences ont fermé leurs portes.

La copropriétaire refuse toujours d'expliquer les raisons qui ont conduit à cette décision. Elle le fera peut-être, nous a-t-elle mentionné, une fois que ses derniers locataires seront partis.

Dans la même catégorie