/regional/estduquebec/basstlaurent

Fermetures de zones de pêche

Protection des baleines: les pêcheurs craignent les conséquences économiques

Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

La fermeture d'une dizaine de zones de pêche au homard dans le sud de la Gaspésie pour la protection des baleines noires fait craindre d'importantes conséquences économiques à l'industrie de la pêche.

Pêches et Océans Canada a annoncé lundi la fermeture de dix zones de pêches à partir de vendredi, puisque des baleines noires y ont été observées. Cette décision survient alors qu’iI ne reste que trois semaines à la saison de pêche aux homards dans la région.

La fermeture est décrétée pour quinze jours, mais elle pourrait être plus longue si d’autres mammifères sont observés.

Cette annonce aura inévitablement des impacts sur l’industrie de la pêche de la région, notamment pour les usines de transformation.

L’usine E. Gagnon et fils, qui effectue de la transformation de homards et de crabes des neiges à Sainte-Thérèse-de-Gaspé, anticipe les conséquences de cette décision. La moitié de l’approvisionnement de l’usine provient de la zone de pêche touchée. À ce temps-ci de l’année, les dirigeants de l'usine ont plutôt l’habitude de gérer des surplus.

«On subit les conséquences. C’est moins de produits, des revenus de moins pour l’entreprise, des heures de moins de travaillées pour les employés. Ça peut être tout prêt de 20 millions $ qui ne reviendront pas dans l’économie locale. [Notre entreprise] est en plein centre de la zone qui est fermée. C’est sûr qu’on a beaucoup de pêcheurs dans les zones visées», a expliqué, le vice-président d’E. Gagnon et fils, Bill Sheehan.

Demande de compensations

Le député de Bonaventure, le péquiste Sylvain Roy, demande au ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Laurent Lessard, de mettre en place des mesures compensatoires dans les plus brefs délais pour aider les pêcheurs gaspésiens.

Selon M. Roy, ces derniers «font les frais» de la décision de Pêches et Océans Canada. Il invite le ministre fédéral des Pêches à trouver des solutions à long terme dans le dossier des fermetures de zones de pêches pour la protection des baleines noires.

Pêches et Océans Canada ordonne la fermeture de zones de pêches dès que des baleines sont observées. Cette décision est prise dans le but de préserver l’espèce, qui compterait moins de 450 individus dans tout l'Atlantique Nord.

L’annonce de la procédure de fermeture de zones dynamiques de pêche pour protéger ces mammifères a surpris l’Union des pêcheurs des Maritimes, puisqu’il n’y a pas eu de collisions entre des homardiers et des baleines l’an dernier.

«On s’entend que le problème, l’an dernier, était relié à des mortalités de baleines empêtrées dans des engins de pêche au crabe des neiges. Pour nous, ç'a été une surprise dès le début, et maintenant, on en subit les conséquences», a expliqué le secrétaire exécutif de l'Union des pêcheurs des Maritimes, Martin Mallet.

Dans la même catégorie