/regional/troisrivieres/mauricie

Développement du centre-ville

Trois-Rivières se donne des moyens pour attirer des commerçants

TVA Nouvelles

Les locaux libres pullulent au centre-ville de Trois-Rivières, et la municipalité vient de se doter d’un plan d’action pour attirer des locataires dans ce secteur névralgique.

Environ 300 000 pieds carrés de locaux commerciaux sont présentement vacants au centre-ville, beaucoup trop au goût d'Innovation et développement économique (IDÉ) Trois-Rivières.

«On parle d’un très gros centre d’achat. Notre objectif, c’est de les combler en trois ans», explique Mario De Tilly, directeur d’IDÉ Trois-Rivières.

On estime que 1300 personnes travaillent présentement au centre-ville. Une pleine occupation des locaux commerciaux représenterait de belles opportunités d'affaires pour les restaurateurs et les autres commerçants.

«Un travailleur dépense en moyenne 17$ par jour au centre-ville, explique le directeur de Trois-Rivières Centre, Mathieu Lahaye. À terme, 2000 ou 3000 travailleurs supplémentaires à 17 $ par jour, ça fait plusieurs millions qu’on réinvestit dans notre centre-ville.»

Pour arriver à attirer des commerçants et des entreprises, Trois-Rivières offrira jusqu'à 150 000$ en argent et en services aux nouvelles entreprises de 10 employés ou plus qui choisiront un local du centre-ville. Ces sommes pourront par exemple être utilisées pour les services d’un notaire, d’un fiscaliste, d’un architecte, énumère M. De Tilly

L'objectif d'IDÉ est notamment de retenir les jeunes milléniaux de Trois-Rivières et d’attirer ceux des régions voisines.

«Notre génération, on était prêt à aller n’importe où pour avoir un travail. Les jeunes aujourd’hui sont plus équilibrés, recherchent un milieu de vie. L’habitation, le travail et du plaisir. C’est exactement ce qu’on leur offre», estime le maire de la municipalité, Yves Lévesque.

Avec 50 bars restaurants et cafés ainsi que 25 lieux culturels à proximité, dont deux salles de spectacle, le maire estime que tout le monde peut y trouver son compte.

-D’après le reportage de Jonathan Roberge