/news/law

Procès du policier Patrick Ouellet

La voiture du père de l’enfant percutée à 108 km/h

TVA Nouvelles

La vitesse à laquelle roulait le policier Patrick Ouellet au volant de son véhicule banalisé est le facteur qui a contribué à l’accident mortel du 13 février 2014 dans lequel le petit Nicholas Thorne-Belance, passager dans la voiture de son père, a été tué à Longueuil.

C’est ce qu’a expliqué Bradley Muir, ex-policier reconstitutionniste en scène d’accidents et formateur, aujourd’hui au procès du policier de la Sûreté du Québec accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort de l’enfant de cinq ans.  

Au plus rapide de sa course, la voiture conduite par Patrick Ouellet filait à 134 km/h dans une zone de 50 km/h dans l’arrondissement de Saint-Hubert selon l’évaluation du reconstitutionniste.

Pour sa part, Mike Jude Belance roulait à 13 km/h quand il a voulu effectuer un virage à gauche avec ses deux enfants à son bord: Nicholas, qu’il allait reconduire à la garderie, et sa fille de 13 ans.

Freinage

C’est 65 mètres avant la collision, toujours selon l’expert qui a témoigné en cour aujourd’hui, que le policier Ouellet a appliqué les freins. Incapable d’éviter la Kia de M. Belance, il a percuté la petite voiture à 108 km/h à l’angle des boulevards Gaétan-Boucher et Davis.

Après avoir fait deux tours complets sur elle-même, la voiture du père a été projetée sur 20 mètres pour terminer sa course sur le terrain d’une résidence. Quant à la voiture banalisée du policier, elle s’est retrouvée sur le terre-plein.

Le reconstitutionniste en scène de collision était le dernier témoin présenté par la Couronne. Il sera contre-interrogé par la défense demain qui commencera à faire entendre ses témoins. On ne sait pas pour le moment si l’accusé témoignera.

Patrick Ouellet, 34 ans, effectuait de la filature dans le cadre d’un dossier d’abus de confiance impliquant des élus et des fonctionnaires, quand l’accident qui a coûté la vie à l’enfant est survenu.

 

Dans la même catégorie