/sports/homepage

Gain de 3-0 contre Orlando

Piatti relance l’Impact de Montréal

Agence QMI

Ignacio Piatti est sorti de sa dormance avec un doublé pour propulser l’Impact vers une victoire de 3 à 0 sur l’Orlando City SC devant un Stade Saputo un peu dégarni, mercredi soir, mais c’est après la rencontre qu’il a frappé le plus fort.

L’Argentin a surpris en déclarant qu’il pouvait aller sous d’autres cieux si Joey Saputo trouve qu’il coûte trop cher comme il l’a déjà laissé entendre.

«Je fais le travail sur le terrain et je suis là tous les jours. [...] C’est le président, moi, je fais mon travail, après c’est lui qui décide. Moi, je veux rester, mais s’il pense que je suis le problème, je vais aller dans un autre club.»

Comme si l’équipe avait besoin d’un autre drame après une victoire comme celle-ci.

Même scénario

Pour en revenir à la rencontre, l’Impact a vécu le scénario inverse du match de samedi dernier alors qu’il a lui-même marqué sur un tir de pénalité et a vu un joueur d’Orlando marquer contre son camp, obtenant trois buts dans un match pour la première fois depuis le 5 mai.

Et surtout, Piatti est sorti de sa torpeur avec un but dès la 5e minute et un autre pour enfoncer le dernier clou à la 92e minute après avoir pris bien son temps pour déjouer le gardien Joe Bendik.

Dans les buts, Evan Bush n’a réellement été sollicité qu’une seule fois et il a été très vif pour capter le tir d’Oriol Rosell sur un coup de pied de coin alors qu’il restait une dizaine de minutes à faire au match pour protéger son quatrième jeu blanc de la saison.

But rapide

L’Impact a amorcé la rencontre sur les chapeaux de roue et a obtenu un tir de pénalité dès la 5e minute que Piatti a converti pour faire retentir la cloche dans le Stade Saputo.

En marquant son sixième but de la saison, Nacho a ainsi mis un terme à sa plus longue séquence d’insuccès, lui qui n’avait pas contribué à un but depuis cinq rencontres.

Le problème, c’est qu’après un bon départ, l’Impact a un peu levé le pied pendant qu’Orlando entrait dans son match avec le petit poison de Dom Dwyer en tête. Celui-ci a somme toute été bien contenu par Rudy Camacho et surtout Rod Fanni qui a été carrément dominant.

Mais l’Impact a tenu le cap et a été récompensé sur une attaque orchestrée par Piatti qui a remis sur sa gauche à Daniel Lovitz dont le centre a été dévié dans son but par Amro Tarek, à la 55e.

Confiance

C’est le genre de performance qui fait du bien pour la confiance d’une équipe, comme l’a souligné Rémi Garde.

«Le football est un jeu de confiance et nous avions besoin de ce genre de match pour bâtir notre confiance.»

Le fait de marquer très tôt dans le match a également importé pour beaucoup dans la performance de l’équipe.

«C’est aussi bien quand on ouvre la marque, mais ils ont mis de la pression jusqu’à la dernière minute. On ne peut pas dire qu’on a entièrement eu le contrôle du match.»

Défensive

Rémi Garde a souligné que cela fait deux matchs de suite que son équipe n’accorde pas de but dans le cours du jeu puisqu’à Dallas, les deux buts ont été marqués sur des phases arrêtées, ce qui a été corrigé mercredi.

«Les joueurs montrent beaucoup plus de détermination. Ils ont bien défendu sur les phases arrêtées, a noté Garde qui a vanté le travail de Rod Fanni.

Je pense qu’il a sauvé un nombre important de ballons. Par sa vitesse et sa lecture du jeu, il a coupé beaucoup de ballons adverses.»

Quant à Rudy Camacho, il a affiché une belle progression.

«On le voit progresser, mais il y a encore des réglages à faire. Il a aussi profité du bon match de Rod à côté de lui», a observé Garde.

Vargas blessé

Auteur d’une bonne amorce, Jeisson Vargas est rapidement redevenu invisible jusqu’à ce qu’il se blesse au genou gauche à la 16e minute. Il a finalement été remplacé par Ken Krolicki près de vingt minutes plus tard.

Dans un match qu’on pourrait qualifier de rugueux, Samuel Piette a lui aussi goûté à la médecine des visiteurs, recevant les crampons de Dwyer au pied.

En bon guerrier, il s’est relevé et est resté dans le match même si son langage corporel traduisait une certaine douleur.