/finance/homepage

Profit de 1,1 milliard $

10 millions $ de bonis pour les cadres et employés de la SAQ

Pierre Couture | Journal de Québec

Les cadres et employés de la Société des alcools du Québec (SAQ) se partageront des bonis de performance totalisant 10,1 millions $ cette année.

Selon des données dévoilées par la société d’État, les bonis atteindront 10,1 millions $, soit 500 000 $ de moins que l’an dernier.

Les cadres et le personnel non syndiqué de la société d’État auront droit à des bonis totalisant tout près de 7,15 millions $.

Les travailleurs de la SAQ qui cotisent au Syndicat du personnel technique et professionnel (STPT) recevront 1,39 million $ alors que ceux du Syndicat des travailleurs et travailleuses (STTSAQ) encaisseront 1,58 million $.

Comme le veut la tradition à la SAQ, le paiement des bonis aura lieu d’ici la fin du mois de juin.

Les employés des magasins de la société d’État n’ont toutefois pas droit à une rémunération variable. Cette clause ne fait pas partie de leur convention collective.

Les membres de la haute direction de la SAQ ont pour leur part eu accès à près de 400 000 $ en bonis de performance.

À la SAQ, les primes liées à la réalisation des objectifs corporatifs peuvent atteindre jusqu’à 30 % du salaire d’un vice-président.

Le PDG de la SAQ, Alain Brunet, qui commande un salaire de base de 419 704 $, obtiendra un boni de 62 956 $ et autres avantages de 9142 $.

Le salaire total du PDG de la SAQ aura ainsi atteint 491 802 $ l’an dernier en incluant entre autres les rabais sur les achats de boissons alcooliques et l’utilisation d’une voiture de fonction.

Profit de 1,1 milliard $

L’an dernier, la SAQ a dégagé un bénéfice net de 1,1 milliard $, en hausse de 2,6 %.

Dans son rapport annuel déposé jeudi à l’Assemblée nationale, la SAQ soutient que ses profits en augmenté de 28 millions $ lors de l’exercice terminé le 31 mars dernier.

Les ventes de vins, qui représentent la majorité du chiffre d’affaires de la SAQ, ont avancé de 2,9 % alors que celles des spiritueux ont bondi de 8,3 %.

La société d’État affirme avoir amélioré son rendement exprimé sous la forme d’un ratio entre ses charges nettes et ses ventes nettes.

Les charges nettes pour l’année ont atteint 539 millions $, en baisse de 5,1 % sur l’année précédente.