/buzz/homepage

Minnesota

Elles apprennent à 72 ans qu’elles ont été mêlées à la naissance

TVA Nouvelles

Petits pieds de jumeaux

Nastasia Froloff - stock.adobe.com

Denice Juneski et Linda Jourdeans ne sont ni sœurs ni cousines. Toutefois, le lien qui les unit a quelque chose à la fois de fort et de singulier: les deux Américaines de 72 ans ont été échangées à la naissance, l’une se retrouvant par inadvertance dans la famille de l’autre et vice versa.

«C’est complètement fou, dit Denice. Les gens tiennent pour acquis qu’ils appartiennent à la bonne famille.»

Les deux septuagénaires ont appris il n’y a que quelques semaines que bébés, elles étaient reparties de l’hôpital avec les mauvais géniteurs et que chacune avait été élevée avec les parents biologiques de l’autre.

Ce tour du destin n’aurait jamais été possible si Denice, une mordue de généalogie, n’avait pas pris l’initiative d’aller subir un test d’ADN afin d’obtenir par la même occasion des informations sur son profil de santé, rapporte un site d’information locale affilié à NBC. Et plusieurs jours plus tard, la résidante du Minnesota a été abasourdie par les résultats.

«Il n’y avait aucune correspondance avec les membres de ma famille», explique-t-elle. Les seules personnes avec qui des liens génétiques ont pu être établis étaient de purs inconnus. Pour en avoir le cœur net, elle a passé le test une seconde fois. Mêmes résultats.

Qui a pris sa place?

«Soit [la clinique] 23andMe a fait une erreur, soit une bévue a été commise à ma naissance», observe Denice. Mais si elle a vécu dans la famille de quelqu’un d’autre, qui a pris sa place dans la famille qui aurait dû être la sienne et qu’elle n’a jamais connue? Sa réponse se trouvait à une soixantaine de kilomètres de chez elle, dans une ville de l’État voisin du Wisconsin.

Là où habite Linda Jourdeans, dont la nièce venait, elle aussi, de demander un rapport d’ADN. Dans ce document, un lien de filiation avec Denice a pu être retracé. Mis au fait de cette découverte, la fille de Linda en a informé sa mère.

Cette dernière n’a pas perdu de temps. «Je suis allée à mon tour subir le test, car je voulais avoir la confirmation par écrit», relate-t-elle.

Un secret vieux de 72 ans a ainsi été mis au jour grâce à l’ADN. Les deux femmes ont rapidement reconstitué leur histoire : elles ont vu le jour le 19 décembre 1945 dans un hôpital de St. Paul, dans le Minnesota, à 31 minutes d’intervalle.

Mystère

Mais pourquoi les deux nourrissons ont été intervertis dans les heures suivant leur naissance? Mystère. «On ne le saura jamais, confie Linda, et je suis certaine que les infirmières qui s’étaient occupées de nous à l’époque sont toutes décédées.»

Au fil des ans, les deux femmes ont vécu des expériences au sein de leur famille respective où elles sentaient qu’elles ne tenaient pas le bon rôle. «Parfois, témoigne Denice, j’avais l’impression que je n’étais pas vraiment à ma place.»

Depuis qu’elles se sont rencontrées pour la première fois en avril dernier, elles se sont revues plusieurs fois. Une personne encore vivante fait le lien entre elles: Marianne Mayer.

Cette dame de  99 ans, qui réside dans un centre pour personnes âgées ayant des problèmes cognitifs, est celle qui a élevé Denice, mais qui a mis au monde Linda.

Les deux septuagénaires racontent leur incroyable histoire à Mme Mayer à chacune de leurs visites au centre. La quasi-centenaire semble accepter ce qui est arrivé, tout en ayant l’air d’apprécier grandement la compagnie de ses deux «filles».

«Maintenant, vous avez plus de petits-enfants aux cheveux roux», lui lance Denice dans un grand éclat de rire auquel participent sa mère et sa «sœur».