/news/politics

Commentaire de Mario Dumont

Grève en CPE: «les parents sont pris en otages!»

TVA Nouvelles

Épuisés par la grève des travailleuses de CPE, des parents ont choisi de se regrouper afin de dénoncer ce moyen de pression qui commence à être difficile à gérer pour plusieurs familles prises au dépourvu.

À LIRE ÉGALEMENT

Des parents exténués par la grève dans les CPE

Des centaines de personnes se sont regroupées sur une page Facebook où plus d’une centaine d’entre-deux y échangent.

«Les parents sont pris en otage», a lancé Mario Dumont dans son émission tout juste après une entrevue avec celle qui a lancé cette page visant à dénoncer cette grève.

«Si on intervient là-dessus, si on prend la défense des parents, on pourrait être accusé d’être contre les CPE», dénonce l’animateur. «C’est quasiment aussi pire que d’être contre l’environnement, t’es crucifié, fini!»

Il souligne que personne ne se porte à la défense des parents, privés de CPE.

«Ça, ce sont les vrais problèmes du quotidien! Je dis aux gens du syndicat ce matin : vous rendez-vous compte que vous tirez dans le pied de vos plus gros défenseurs?»

Il donne en exemple le programme du Parti québécois, qui mise beaucoup sur les CPE.

«Des grèves comme ça tout le temps et qui se prolongent.. Vous pensez que le PQ va répondre quoi en campagne électorale? ‘’Vous misez sur les CPE et ils sont toujours en grève!’’ Vous tirez dans le pied de vos alliés et qui prennent votre défense publiquement. Ce n’est pas le coup du siècle», croit le chroniqueur et animateur.

 

En entrevue à l’émission de Mario Dumont, Nathalie Fontaine porte-parole du Syndicat des travailleuses de CPE de Montréal, a souligné comprendre les parents.

«On comprend tout à fait le désagrément des parents. On demande aux parents de comprendre que c’est le moyen ultime qu’on a (pour se faire entendre)».

Elle a ajouté que les parents pouvaient également se faire entendre.

«Les parents peuvent prendre les moyens qu’ils veulent. Qu’ils parlent au ministère.»