/regional/montreal/lanaudiere

Sainte-Julienne

Le père du garçon noyé ne garde pas de rancœur

Axel Marchand-Lamothe | Journal de Montréal

Gracieuseté, Journal de Montréal

Le papa du jeune garçon mort noyé dans un lac privé du nord de Lanaudière alors qu’il jouait chez un ami samedi n’en veut pas à la famille qui l’avait pris en charge.

« Ça peut arriver à n’importe qui. Quand on s’est parlé [le père de l’ami du garçon] pleurait plus que moi. Il me disait : “Je suis père moi aussi, je n’ai pas pu le protéger” », décrit Oumar Nabé, le père du petit Mory, 10 ans.

À LIRE ÉGALEMENT

Un enfant meurt après avoir été retrouvé inanimé dans un plan d'eau

 

Il soutient que, peu importe les circonstances du drame, il n’en veut pas à la famille qui avait amené son fils à son domicile pour la journée.

« Nous avons une piscine à la maison et Mory commençait à apprendre à nager. Je lui répétais qu’il ne fallait surtout pas qu’il panique », se remémore le papa.

D’origine malienne, Oumar Nabé a vécu en France avec ses deux enfants avant de marier une Québécoise il y a deux ans et demi.

Il s’est installé à Sainte-Julienne il y a quelques mois après le processus d’immigration. Mory avait amorcé sa cinquième année du primaire à l’école Vire-Vent de la municipalité en novembre dernier.

« Il était plein d’énergie et il était très fort à l’école. Il s’était bien intégré », raconte M. Nabé.

Soccer

Le décès du petit garçon a causé une commotion au sein de l’association de soccer locale. Mory qui portait le numéro 77 y était apprécié.

« Il adorait le soccer. Il avait toujours un ballon au pied, même dans la neige », affirme son père.

Samedi vers 13 h 45, moment où son fils a sombré dans le lac artificiel, Oumar Nabé a eu une faiblesse au travail.

Environ 45 minutes plus tard, les policiers venaient lui annoncer la mauvaise nouvelle.