/news/politics

Un test en vue du scrutin de 2019

Jour d'élection partielle au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Jean Houle | TVA Nouvelles

Les candidats à l'élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord attendent avec impatience le verdict des électeurs. Ils ont tous exercé leur droit de vote lundi.

La candidate bloquiste a finalement pu voter après que le directeur de scrutin ait communiqué avec elle pour lui dire que son changement d'adresse avait bel et bien été enregistré. Catherine Bouchard-Tremblay avait pourtant reçu l'avis contraire de son propre directeur de campagne.

«J'ai vraiment bien connecté avec les gens», dit-elle. «J'ai serré des mains des mains, j'ai incité des jeunes à s'intéresser à la politique.»

Les attentes sont différentes selon les partis.

Depuis 1997, la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord a été successivement, conservatrice, libérale, bloquiste, néo-démocrate et libérale à nouveau.

Cette fois, les conservateurs croient en leurs chances en raison de la renommée du candidat Richard Martel.

«Je sens de l'amour, je dois le dire», a dit le candidat au moment de voter lundi matin. «C'est comme s'ils étaient tous derrière moi. Ça me donne du pep pour les représenter!»

La libérale Lina Boivin estime que les électeurs doivent démontrer leur appui à la réponse du gouvernement libéral à la surtaxe américaine sur l'aluminium.

«Nous sommes les mieux placés pour défendre les travailleurs et la gestion de l'offre», dit-elle. «Oui, je suis confiante!»

Les néo-démocrates espèrent, eux, que les idées qu'ils ont mises de l'avant pendant la campagne leur permettront de reprendre le comté.

«Mon souhait le plus cher, c'est que la population de Chicoutimi-Le Fjord soit gagnante ce soir», a dit Éric Dubois, à sa quatrième tentative comme candidat néo-démocrate dans la circonscription.

Les attentes sont plus modestes pour la candidate du Parti vert, Lynda Youde.

«Je suis fier d'avoir défendu la jeunesse et le développement durable»,a -t-elle déclaré. «Je me sens vraiment à ma place dans le Parti vert.»

Peu importe qui est élu ce soir, le mandat sera de courte durée, puisque l'élection générale à l’échelle fédérale aura lieu en 2019.

Dans la même catégorie