/news/society

Noyades

«Un enfant sur deux ne sait pas vraiment nager»

TVA Nouvelles

Alors qu’un enfant de 10 ans est mort noyé dans Lanaudière samedi et qu’un autre a été sauvé par un bon Samaritain à Lévis, hier, la Société de sauvetage rappelle les dangers que peut comporter l’eau.

En entrevue sur les ondes du Québec matin à LCN, son porte-parole Raynald Hawkins a expliqué qu’environ la moitié des enfants québécois de moins de 10 ans ne savent pas nager correctement.

À LIRE ÉGALEMENT

Le père du garçon noyé ne garde pas de rancoeur

Un enfant meurt après avoir été retrouvé inanimé dans un plan d'eau

Un bon Samaritain sauve un adolescent d'une possible noyade

«Un enfant sur deux ne sait pas vraiment nager. Lorsque je vais dans des milieux où on a des communautés culturelles plus omniprésentes ou  des milieux moins bien nantis, c’est encore moins qu’un sur deux qui sait nager parce qu’on ne sait peut-être même pas se baigner, parce que ça ne fait pas partie des habitudes de vie.»

Samedi, Mory Nabé, 10 ans, a perdu la vie après s’être noyé dans un lac privé à Sainte-Julienne, dans Lanaudière, alors qu’il se trouvait chez un ami. Son père a confié que le garçon «commençait à apprendre à nager».

Malgré tout, le bilan des noyades au Québec s’est grandement amélioré au cours des dernières décennies.

«Lorsqu’on regarde les noyades au cours des 30 dernières années, on est passés de 200 noyades par année à moins de 70 maintenant. Il reste qu’une noyade c’est toujours une de trop parce qu’on sait qu’elle est évitable», affirme Raynald Hawkins, de la Société de sauvetage.

Les rivières constituent par ailleurs l’une des préoccupations de la Société de sauvetage puisqu’elles sont responsables de 42% des victimes reliées à l’eau dans la province.

«Si la rivière n’a pas été aménagée pour la baignade, c’est-à-dire avec la présence de sauveteurs, on devrait la considérer que pour la pratique de sports nautiques en portant notre veste de flottaison», rappelle M. Hawkins.

Dans la même catégorie