/news/law

Six chefs d'accusation

Un policier de Gatineau acquitté de parjure

Simon-Pier Ouellet

 - Agence QMI

Un policier de Gatineau habitué des palais de justice remporte une autre victoire devant les tribunaux. Jeffrey Greetham a été acquitté des six chefs d’accusation de parjure qui pesaient contre lui.

La Couronne prétendait qu’il avait menti à six reprises pendant son témoignage dans un procès en 2012 alors qu’il était accusé d’agression sexuelle sur une jeune femme de 20 ans.

La juge Anne-Marie Jacques a précisé dans son jugement vendredi matin que la Couronne n’avait pas démontré hors de tout doute raisonnable que l’accusé avait tenté de tromper la cour dans son témoignage.

Jeffrey Greetham avait d’ailleurs été blanchi de l’accusation d’agression sexuelle à laquelle il faisait face au terme d’un procès en 2013.

La présumée victime de 20 ans alléguait que le policier lui avait demandé d’enlever sa brassière et de lui faire une fellation dans son véhicule lors d’une rencontre personnelle.

Le juge Valmont Beaulieu n’avait pu déterminer avec la certitude requise par le droit, la vérité.

La haute direction de la police de Gatineau tente de se défaire des services de Greetham depuis plusieurs années. Elle l'avait même congédié en 2011, mais avait dû le réintégrer en 2013 à la suite d'un jugement d’un tribunal.

Depuis les nouvelles accusations de parjure, le policier était toutefois suspendu avec solde.

Joint au téléphone, Jeffrey Greetham n'a pas voulu faire de commentaires, précisant seulement qu'il souhaitait être réintégré dans ses fonctions de patrouilleur.

La police de Gatineau a, pour sa part, mentionné par voie de communiqué que monsieur Greetham demeurerait suspendu pour une durée indéterminée, le temps que son dossier soit réévalué par les instances municipales.