/news/society

Sur le Québec

Une longue canicule à l’horizon

Gilles Brien | Journal de Montréal

archives Agence QMI

Préparez vos piscines et de quoi vous rafraîchir. Une masse d’air tropical glissera sur le Québec à partir de vendredi. Le mercure devrait largement dépasser les 30°C avec du temps ensoleillé pour plusieurs jours d’affilée.

Avec l’humidité grandissante, des chaleurs accablantes de 40°C à l’humidex sont possibles dans les premiers jours de juillet pour certaines régions. D’ici là, il faudra passer par-dessus une journée très pluvieuse ce jeudi.

Cette chaleur intense et généralisée qui gagnera le Québec s’étendra à tout l’est des États-Unis. À New York et au New Jersey, on prévoit des températures allant jusqu’à 33 °C pendant plus d’une semaine !

Si les modèles météorologiques ont raison, le sud du Québec et le nord-est américain ont de bonnes chances de connaître une canicule majeure. On parle d’une canicule quand le mercure grimpe à 30 °C ou plus pendant trois jours consécutifs sans une goutte de pluie.

Le prix de la chaleur

Après un été plutôt moche, l’an dernier, où le mercure n’a atteint le seuil des 30°C qu’une seule fois en trois mois, l’été 2018 semble bien parti. Ça augure bien pour la saison des vacances.

Les vagues de chaleur sont peut-être appréciées des vacanciers et des propriétaires de piscines, mais elles donnent des sueurs froides à plusieurs.

À commencer par ceux qui travaillent à l’extérieur. Les personnes âgées, les malades et les tout petits sont souvent victimes des coups de chaleur en raison de leur métabolisme plus faible. L’oxygénation diminue par temps chaud et la qualité de l’air se dégrade. La mortalité peut augmenter de 60% durant les canicules.

Le type d’habitation joue aussi un rôle. Les canicules font plus de victimes aux étages supérieurs des blocs à appartement que dans tout autre type d’habitations.

Curieusement, les Québécois ne sont pas aussi friands de climatisation que les autres Canadiens. Statistique Canada nous révèle que 41 % des ménages sont climatisés au Québec comparativement à 70 % en Ontario.

Société distincte oblige. Après tout, mon pays c’est l’hiver.