/regional/estduquebec/basstlaurent

Interdiction de feux à ciel ouvert en forêt

Danger d’incendie extrême au nord du fleuve

  Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

Avec le temps très sec en forêt un peu partout au Québec, le danger d’incendie est extrême au nord du fleuve St-Laurent. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a décidé d’interdire les feux à ciel ouvert en forêt ou à proximité des forêts.

Cette mesure est en vigueur depuis ce matin et jusqu’à nouvel ordre. Elle touche plusieurs régions dont la Côte-Nord, Charlevoix, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Haute-Mauricie, une portion des Laurentides et de l’Outaouais, l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec.

 

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) invite les villégiateurs qui se rendent en forêt pour le plein-air à la prudence. Elle s’attend d’ailleurs à une hausse des incendies de cause humaine au cours des prochaines semaines.

Depuis le début de la saison, la SOPFEU remarque une augmentation du nombre d’incendies causés par l’humain par rapport à la moyenne des dix dernières années.

Restriction des travaux en forêt

La SOPFEU suggère aussi aux entreprises de suspendre les travaux d’exploitation forestière et les travaux sylvicoles à compter d’aujourd’hui. Plusieurs régions sous le coup d’une interdiction de feux à ciel ouvert sont aussi touchées par cette recommandation.

On suggère de suspendre les activités exécutées sur le sol à l’aide de machinerie ou d’équipement motorisé comme l’abattage, le débroussaillement, l’usage de VTT et le tronçonnage, par exemple.

Selon les normes régissant les activités d’aménagement forestier, les entreprises doivent assurer une patrouille terrestre spéciale dans les aires d’opération lorsqu’une mesure préventive est suggérée.

Depuis le début de la saison, 255 incendies de forêt ont touché le Québec, ce qui est dans la moyenne des dix dernières années. Cependant, le nombre d’hectares touché est beaucoup moins important.

Actuellement, un incendie de forêt est en activité au Québec au nord du Lac-Saint-Jean, mais il est considéré comme contenu.