/regional/homepage

Matières recyclables

Le centre de tri de Mont-Joli évite la crise

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles

Depuis que la Chine boude le Québec, des tonnes de matières recyclables s'accumulent dans certains centres de tri. Des établissements ont même dû mettre la clé sous la porte, mais au centre de Mont-Joli, dans le Bas-Saint-Laurent, on a réussi à éviter la crise.

Le Groupe Bouffard vient d'investir 2 millions$ dans son centre de tri de Mont-Joli pour pallier la crise que traverse l'industrie du recyclage.

Depuis le début du mois, on y utilise donc une nouvelle technologie: le tri optique, qui leur permet d'améliorer la qualité de leur matière.

Ils ont décidé d'investir pour moderniser leurs installations afin d'écouler les 20% de matières qu'ils n'arrivent pas à vendre.

Même s'ils ont perdu un important client, la Chine, ils arrivent à tirer leur épingle du jeu depuis le début de l'année grâce à leurs nombreux partenaires d'affaires québécois qui achètent 80% des ballots produits par l'entreprise.

«On essaie de travailler encore davantage avec les partenaires que l'on a déjà pour qu'ils prennent plus de matières», a dit jeudi le président du Groupe Bouffard, Stéphane Bouffard.

Les prix des ballots ont toutefois beaucoup diminué puisqu'il y a en beaucoup sur le marché. «Écouler de la matière à bas prix, ça fait mal à nos résultats financiers», a souligné M. Bouffard, qui espère que le gouvernement va venir en aide aux entreprises privées.

Une matière «indésirable»

Alors que les entreprises de recyclage peinent à trouver des acheteurs, M. Bouffard précise que certaines entreprises se retrouvent coincées avec certaines matières.

«En ce moment, il n'y a pas de marché pour le sac de plastique. Ce que j'aimerais, c'est que le gouvernement ait le courage de les abolir.»

Dans la MRC de La Mitis, qui comprend 16 municipalités, ce n'est toutefois pas dans les plans. «Actuellement, il n'y a aucune municipalité qui semble avoir dans ses projets de les bannir, mais il n'en demeure pas moins qu'on poursuit nos activités de sensibilisation pour pousser les gens à utiliser le sac réutilisable», a dit le coordonnateur en gestion des matières résiduelles à la MRC de La Mitis, Vincent Dufour.

À Montréal, depuis le 4 juin dernier, les sacs en plastique de moins de 50 microns d’épaisseur sont interdits dans les commerces.

Dans la même catégorie