/news/culture

Festival en chanson de Petite-Vallée

Jean-Pierre Ferland charme encore

Émilie Gagné | Journal de Québec

COURTOISIE/NATHALIE DION

Charmeur et fougueux, Jean-Pierre Ferland s’est montré généreux pour son premier passage, en 60 ans de carrière, sur les planches du Festival en chanson de Petite-Vallée.

L’artiste a enchaîné ses plus grands succès et les anecdotes, n’hésitant pas à se moquer de lui-même au passage.

« Quand on s’assagit, ça s’peut qu’on change. Je veux que vous me preniez à mon meilleur », a-t-il lancé.

Libre sur scène

Le meilleur, il se trouve dans les imperfections. Comme lorsqu’il fait recommencer Qu’est-ce que ça peut bien faire à Étienne Cotton, venu chanter avec lui. Un prétexte pour taquiner son ancien protégé de La Voix, natif de la région. D’ailleurs, Alan Côté avait averti la foule d’entrée de jeu, à son âge, il peut faire ce qu’il veut.

Moment fort du spectacle, Le petit roi interprété pour la première fois en 1976 lors du célèbre spectacle 1 X 5.

Et Jean-Pierre Ferland a également joué au sage. Son conseil pour les Cormier, Arthur, Moffatt, Fortin et Langevin qui feront le spectacle 1 X 6 le 5 juillet : « [...] Ayez du fun et prenez-vous pas trop au sérieux ! »

« Ici, c’est la maison »

En après-midi, c’est Émile Proulx-Cloutier qui revenait à la source où tout a commencé pour lui en 2011, lors de son passage comme chansonneur au Festival.

« Le 1er juillet, c’était la première fois que je jouais quatre chansons d’affilée à des êtres humains [...] Pour moi, le 1er juillet, c’t’un grand jour, j’ai déménagé mon cœur dans une nouvelle maison qu’est la musique », s’est-il rappelé.