/regional/estduquebec/basstlaurent

Insecte ravageur

L'agrile du frêne s'approche du Bas-Saint-Laurent

Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

L'agrile du frêne, cet insecte ravageur qui se nourrit de la chair du feuillu et le fait mourir, s'approche du Bas-Saint-Laurent.

Les scientifiques servent une mise en garde alors que la saison du camping bat son plein, car l'humain contribue à sa propagation en transportant du bois contaminé.

Au mois de mai, l’insecte a été découvert, à Edmundston, au Nouveau-Brunswick. L’été dernier, sa présence a été confirmée à Québec.

«Le petit insecte se propage tranquillement par lui-même, mais fait des bonds de géant en termes de déplacement aidé par son meilleur ami qui est l’humain», a expliqué Robert Lavallée, chercheur en gestion des ravageurs au Centre de foresterie des Laurentides (CFL) de Ressources naturelles Canada.

L’insecte est très difficile à détecter. Les scientifiques de Ressources naturelles Canada travaillent afin de trouver de nouveaux moyens de détection plus rapides. Souvent, lorsqu’on détecte sa présence, il est trop tard.

Des pièges ont aussi été modifiés afin de permettre un repérage plus rapide de l’insecte en milieu donné. Les chercheurs travaillent aussi sur une technique qui permettrait un simple prélèvement de l'écorce de l'arbre pouvant éventuellement déceler l’insecte.

L'humain semble contribuer à la propagation, si bien les scientifiques servent une mise en garde.

«Au fond, malgré les belles découvertes que l’on peut faire, malgré les outils pour améliorer le contrôle de l’insecte, il reste qu’il suffit d’un vacancier qui transporte une corde de bois de frêne infestée à son insu et qui apporte cela à Rimouski et voilà, vous êtes dans le trouble», a souligné le chercheur.

Traitement avec un champignon

Différentes méthodes de traitement sont aussi testées par les scientifiques. D’autres traitements sont recherchés outre les pesticides.

«Ce sur quoi on travaille au Service canadien des forêts, c’est sur l’utilisation d’un champignon qui est spécifique et très virulent pour l’agrile du Frêne, a fait savoir Robert Lavallée. Les insectes à l’instar des humains ont aussi leurs petits problèmes de santé. Ce champignon s’attaque à l’agrile. Nos recherches antérieures en laboratoire ont démontré que l’agrile infecté pouvait mourir en 5 jours par le champignon. C’est très efficace. Encore faut-il le rendre au niveau de l’agrile.»

Cette méthode sera aussi couplée à celle des pièges utilisés pour la détection.

L’insecte exotique originaire d’Asie du Sud-Est a été découvert pour la première fois en Amérique-du-Nord en 2002.

Dans la même catégorie