/regional/sherbrooke/estrie

Cinq ans après la tragédie

Lac-Mégantic: des mesures de sécurité tardent

Christopher Nardi | Agence QMI

Archives Agence QMI

Cinq ans après l’accident de train dévastateur qui a fait 47 morts à Lac-Mégantic, à peine deux des cinq recommandations du Bureau de la sécurité des transports pour prévenir un tel drame à l’avenir sont en vigueur, s’inquiète la mairesse de la Ville.

«C’est assez étonnant de voir que, cinq ans plus tard, on en est toujours là, réagit Julie Morin. Ce qui me rend encore plus inconfortable est que les deux recommandations qui ont été mises en place n’ont aucun rôle de prévention. Ce sont des mesures atténuantes après un incident.»

En août 2014, le Bureau de la sécurité des transports (BST) a émis cinq recommandations afin d’éviter que le drame puisse se reproduire, soit:

-La mise en place de nouvelles normes de sécurité pour les wagons qui transportent des liquides inflammables;

-Que Transports Canada exige de nouveaux plans d’intervention d’urgence pour le transport de pétrole;

-L’installation de nouveaux moyens de défense physiques, tels des freins, pour empêcher le matériel de partir à la dérive;

-La planification stratégique des itinéraires ferroviaires et le renforcement de la sécurité des trains transportant des matières dangereuses;

-Que le gouvernement soit plus actif dans la vérification des systèmes et mesures de sécurité des compagnies ferroviaires.

Des problèmes restent

Or, de ce nombre, seuls les deux derniers ont été mis en place à ce jour.

«Ça va prendre jusqu’en 2025 pour que tous les wagons qui transportent des produits pétroliers respectent les nouvelles normes. C’est sûr qu’on aimerait que ce soit plus rapide pour réduire les risques d’accident», sourcille Kathleen Fox, présidente du BST.

Signe qu’il faudrait agir plus fortement pour prévenir les trains qui partent à la dérive comme celui à Lac-Mégantic, il y a eu 299 incidents liés à des mouvements de train imprévus ou non contrôlés depuis 2013.

C’est 57 incidents de plus comparativement à la même période avant 2013, apprend-on dans les statistiques du BST.

«Malgré toutes les actions prises par le gouvernement en ajoutant des règlements de sécurité, malgré la surveillance accrue par Transports Canada depuis Lac-Mégantic, on voit une augmentation de ces incidents.

Ça nous dit donc que les mesures prises ne réduisent pas assez les risques», avertit la présidente du BST.

«Nous sommes encouragés par le travail fait à ce jour, mais on ne veut pas que le monde oublie qu’il y a encore du chemin à faire, ajoute-t-elle. On aimerait que les recommandations [dans le rapport de Lac-Mégantic] ne tombent pas dans la catégorie de celles qui attendent depuis 10 ans.»

La tragédie ferroviaire

Dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013, à 1 h 14, le déraillement d’un convoi à la dérive de 72 wagons-citernes contenant du pétrole brut léger a provoqué des explosions et un incendie qui ont détruit le centre-ville de Lac-Mégantic, tuant 47 personnes.

Selon une récente étude de l’Université de Sherbrooke et de l’Université du Québec à Chicoutimi, les jeunes de Lac-Mégantic sont deux fois plus nombreux à avoir des idées noires et à se mutiler que la moyenne québécoise, depuis la tragédie ferroviaire.

Dans la même catégorie