/news/world

Sommet international

La francophonie a rendez-vous à l'Assemblée nationale

TVA Nouvelles

Plus de 350 députés et secrétaires généraux provenant d'un peu partout à travers la francophonie sont réunis à Québec pour un sommet qui permet aux membres de travailler ensemble sur des enjeux importants.

Habituellement, à ce temps-ci de l'année, les corridors de l'Assemblée nationale sont vides. Pourtant, cette semaine, des députés d'un peu partout dans le monde y siègent.

«L'Assemblée parlementaire de la francophonie regroupe, depuis 50 ans, des parlementaires de tous les pays francophones, souligne Jacques Chagnon, président de l’Assemblée parlementaire de la francophonie. Il y a ici des gens qui représentent 56 États ou pays différents. Il y a plus presque 600 inscriptions qui ont été faites. C'est la plus grande assemblée de l'histoire de l’Assemblée parlementaire de la francophonie. C'est un succès monstre.»

Ici, les représentants de plusieurs Parlements s'entraident sur des enjeux parfois plus complexes qu'on pourrait l'imaginer.

«Un enjeu très fort, la révolution numérique sur laquelle les Parlements se doivent d'être à l'offensive, que ce soit pour les registres de naissance, exprime le secrétaire général de l’Assemblée parlementaire de la francophonie, Jacques Krabal. Ça, c'est un sujet majeur. Vous avez plus de 250 millions de personnes aujourd'hui dans le monde qui n'ont pas d'identité, qui ne peuvent donc pas avoir de place dans la société.»

Il s’agit aussi d’un dernier tour de piste international pour Jacques Chagnon, du moins dans ses fonctions de président de l'Assemblée nationale, lui qui ne sera pas candidat aux prochaines élections.

«Le président Chagnon, avant même qu'il ne soit président, a toujours soutenu les fonctionnaires que nous sommes, témoigne la secrétaire générale de l’Assemblée nationale du Sénégal, Josephine Diallo. C'est ce qui a fait qu'on est un peu plus sûrs de nous, qu'on ose, et c'est lui qui nous a permis d'oser. Je crois que nous allons continuer. Ça nous fait de la peine de le voir partir.»

Parmi les participants, une présence attire l'attention: celle de Michaëlle Jean. Elle prononcera un discours lundi, alors que ses dépenses se retrouvent au cœur de la controverse.

-D’après le reportage de François Cormier

Dans la même catégorie