/news/law

Rivière-du-Loup

4 mois de prison pour avoir frappé une policière au visage

Carl Vaillancourt | Agence QMI

Un homme de 27 ans qui a asséné un coup de poing au visage d’une policière de la région de Québec passera finalement quatre mois derrière les barreaux après avoir plaidé coupable ce matin au palais de justice de Rivière-du-Loup.

Pierre-Michel Chénard a finalement admis avoir frappé au visage une policière du Service de police de la Ville de Québec le matin du 13 janvier 2018.

Outre le chef de voie de fait sur un agent de la paix qui pesait sur lui, l’homme a plaidé coupable à quatre chefs d’accusation, dont ceux d’avoir brisé une promesse et un bris de ses conditions de probation en lien avec ses antécédents judiciaires.

L’homme de 27 ans tentait de s’introduire dans un immeuble à logements de la rue St-Édouard à Québec aux petites heures du matin le 13 janvier, quand une résidente du secteur a avisé les autorités pour le grabuge que causait l’homme.

À leur arrivée sur les lieux, les policiers ont tout de suite remarqué que le suspect se trouvait dans un état d’ébriété avancé. Ils ont finalement été en mesure d’identifier le suspect comme étant Pierre-Michel Chénard.

Ce dernier venait d’enfreindre ses conditions de probation lui qui ne pouvait consommer aucun alcool ou drogue durant la période de sa probation fixée par le juge.

C’est à ce moment que les policiers déployés sur le terrain ont procédé à son arrestation. L’homme saignait abondamment derrière la tête. Les agents de la paix ont donc fait appel à une ambulance pour transporter ce dernier dans un centre hospitalier de Québec afin de lui prodiguer les soins nécessaires.

Policière et ambulancier

C’est une fois couché dans l’ambulance que l’homme est devenu rapidement agressif jusqu’au moment où il a frappé la policière à la tempe avec son poing.

Dans son excès de violence, il a ensuite récidivé en assénant un coup de pied dans le flanc de l’ambulancier en service ce soir-là.

Les deux victimes n’auraient gardé aucune séquelle des événements.

C’est ce qu’a raconté dans le résumé des faits la procureure de la Couronne ce matin au palais de justice de Rivière-du-Loup, Me Marie-Laurence Rondeau.

La procureure de la couronne et son homologue, Me Félix Pouliot, ont proposé communément une peine de détention de quatre mois au juge de la Cour du Québec, Martin Gagnon.

Le juge a finalement accepté la suggestion commune des deux avocats.

De son côté, le coupable n’aura finalement que 41 jours de détention à purger, puisqu’il était détenu depuis le 22 avril dernier en attente d’un autre dossier qui reviendra devant le Tribunal dans un mois.