/news/society

Sherbrooke

Difficile de s'assurer lorsqu'on est propriétaire d'un pitbull

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Les chiens pitbulls n'ont toujours pas la cote auprès des compagnies d'assurance et le cas d’une femme de l’arrondissement de Bromptonville, à Sherbrooke, en est une nouvelle preuve.

Josiane Maheux est incapable de trouver une compagnie prête à lui vendre une assurance habitation, même avec une exclusion pour sa chienne Kella, qui avait deux mois quand elle l'a adoptée.

Elles sont inséparables depuis près de huit ans mais tout cela est sur le point de changer.

«Je vais devoir me résigner à l'envoyer vivre chez mes parents qui eux, ont la permission de leur assureur», mentionne Josianne.

Elle n'a jamais eu de difficulté à trouver un logement. Sa chienne a même obtenu avec succès son certificat de bon citoyen canin.

Comme certains autres propriétaires de chiens de race pitbull, la femme qui vient tout juste de faire l'acquisition d'une modeste maison, est incapable de trouver une assurance habitation.

Elle dit avoir contacté près d'une soixantaine de courtiers et compagnies, mais en vain. Personne ne veut l'assurer même avec une clause d'exclusion au niveau de la responsabilité civile.

Un seul courtier, Assurances multi-risques, se dit prêt à l'assurer sauf que les primes s'élèvent à 268 $ par mois, soit 3216 $ pour une année complète.

«Ma soeur qui m'a vendu la maison payait 140 $ par mois l'an dernier, ça me coûterait pratiquement le double. C'est complètement déraisonnable», selon la jeune femme.

Au Bureau d'assurance du Canada, on confirme que les recours s'offrant à Josiane sont inexistants. Les assureurs ont le droit de refuser d'assurer une personne et surtout qu'elle trouvera difficilement meilleur marché ailleurs.

Ce que Josiane ne s'explique pas, c'est que Kella peut aller vivre chez ses parents. Leur assureur de longue date y consent, mais avec une clause d'exclusion en cas d'accident ou de morsure.