/news/society

Feux de forêt

La foudre et le vent donnent du fil à retordre à la SOPFEU

Agence QMI

PHOTO ALEXANDRE PARENT LEVEILLE/AGENCE QMI

Les nombreux orages qui ont frappé le Québec au cours des derniers jours, combinés aux forts vents qui balaient la province, ont rendu la vie difficile aux pompiers de la SOPFEU.

L'organisation chargée de combattre les incendies de forêt se trouve présentement devant une situation de «feux multiples» dans la province, alors qu'une soixantaine de brasiers sont en activité, dont la moitié dans la zone intensive au sud de la province, où ils sont combattus systématiquement.

Pour faire face au nombre important de feux de forêt répartis un peu partout sur le territoire québécois, la SOPFEU a reçu plus de 200 pompiers en renfort au cours des derniers jours, en provenance d'un peu partout au Canada et des États-Unis. Pour le moment, il n'y a pas d'autres pompiers en route pour venir épauler leurs collègues québécois, mais la situation sera réévaluée au jour le jour, a expliqué Marie-Louise Harvey, agente à la prévention et à l'information pour la SOPFEU.

Ces renforts ont été déployés un peu partout au Québec, que ce soit pour poursuivre la lutte contre l'incendie de Labrieville, mais aussi dans les secteurs de Radisson, Val-d'Or, Lebel-sur-Quévillon et Maniwaki. Ils s'ajoutent aux quelque 400 membres de la SOPFEU déjà sur le terrain.

Contrairement aux dernières années où les activités humaines étaient derrière la majorité des feux de forêt, la foudre est présentement la principale cause du déclenchement des incendies. «Ça se passe sur plusieurs jours. Ça peut prendre deux à trois jours avant de détecter les incendies», a précisé Mme Harvey, en ajoutant que le vent a aidé à leur prolifération au cours de la dernière fin de semaine.

Deux feux étaient considérés comme hors de contrôle par la SOPFEU, lundi, incluant un brasier majeur à l'est de Lebel-sur-Quévillon qui a déjà ravagé plus de 5500 hectares de forêt. «Il se dirige vers le nord-est, mais il ne présente pas de danger», a toutefois spécifié Mme Harvey.

Un autre brasier hors de contrôle fait rage à quelques kilomètres au sud du réservoir Cabonga, dans la réserve faunique La Vérendrye, sur une superficie de 186 hectares.

Quant à l'incendie de Labrieville, qui a touché près de 13 000 hectares de forêt, il est toujours considéré comme contenu. «On attend un peu de pluie. On prend ce que Dame Nature nous donne», a souligné la porte-parole, qui estime que la lutte contre ce brasier «va bien».

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a d'ailleurs levé partiellement, lundi, l'interdiction de circuler en forêt dans le secteur de Labrieville.

Au total, 368 incendies ont ravagé un total de près de 24 000 hectares de forêt depuis le début de l'année en zone intensive. Il s'agit d'un nombre d'incendies plus élevé qu'en moyenne, mais la surface ravagée est moindre que la moyenne de 33 862 hectares enregistrée sur les 10 dernières années.

Dans la même catégorie