/news/law

Registre des délinquants sexuels

La prison pour avoir agressé une déficiente intellectuelle

Patricia Hélie | TVA Nouvelles

Roland Gingras, 59 ans, écope de deux ans de pénitencier après avoir été trouvé coupable d'avoir agressé sexuellement une femme déficiente intellectuelle.

L'histoire remonte à 2014 alors que Roland Gingras et sa conjointe font la connaissance d'une jeune femme déficiente intellectuelle lors d'une partie de quilles.

Des liens d'amitié se sont tissés, si bien que la victime se rendait régulièrement au domicile du couple, y restait parfois pour la nuit.

À l'été 2014, elle fait des cauchemars et avoue à son père qu'elle subit les assauts de Roland Gingras depuis un peu plus de trois mois. Elle parle de masturbation, de fellation et relations anales. Des épisodes qui se déroulent toujours en l'absence de la conjointe.

Après son procès, Roland Gingras sera finalement reconnu couplable, en février dernier.

Le juge a pris en considération les faibles chances de récidive, mais aussi le fait que la jeune femme, en raison de sa déficience, était vulnérable et que Gingras s'est montré très manipulateur.

La procureure de la Couronne, Me Marie-Ève Paquet, réclamait trois ans de prison, mais est satisfaite de la sentence, surtout qu’il sera inscrit au registre des délinquants sexuels pour une période de 20 ans.

«Il va être obligé de se rapporter chaque fois qu'il va changer d'adresse, de travail ou quitter le Québec. Ça va permettre qu'on puisse le surveiller», dit la procureure.

À sa sortie de prison, Roland Gingras devra également se soumettre à une probation de deux ans.