/regional/montreal/montreal

Sections fermées

Infestation de punaises de lit à la Grande Bibliothèque

TVA Nouvelles et Agence QMI

La Grande Bibliothèque à Montréal a dû prendre les moyens nécessaires pour contrôler une nouvelle infestation de punaises de lit.

Certaines sections où des punaises de lit ont été aperçues ont été fermées et des fauteuils ont été remplacés par des chaises en plastique sans tissu. Une inspection quotidienne est également effectuée.

Selon un exterminateur, la direction a agi le plus efficacement possible pour endiguer le problème

«Ils ont réagi extrêmement rapidement et avec beaucoup de force. Ils ont pris des moyens extrêmes, a expliqué Harold Leavey, exterminateur chez Maheu Extermination. Ils ont aussi revu le protocole et les procédures en fonction de la nouvelle situation. La Grande Bibliothèque est un endroit plus sûr que beaucoup d’autres endroits à Montréal.»

Harold Leavey affirme que tous les édifices achalandés à Montréal ont des épisodes de punaises de lit. L’important est la rapidité d’action.

Des punaises de lit sont observées dans des hôpitaux, des CLSC et même des bureaux. Selon l’expert, «il n’y a pas un édifice public achalandé à Montréal qui ne connaît pas de temps à autre la présence de punaises de lit», donnant en exemple les hôpitaux, les CHSLD, les écoles ou les universités.

Par ailleurs, le récent épisode de chaleur accablante a aggravé le problème en ville.

C’est lors d’une inspection de routine à la fin de juin que l’administration de BAnQ a noté la présence de ces indésirables dans certains fauteuils rembourrés. Le mobilier touché a été traité à ce moment, puis à nouveau une semaine après.

«Mais à titre préventif, on a fermé les sections où on trouvait en grand nombre ces fauteuils, a expliqué la directrice générale de la Grande Bibliothèque, Danielle Chagnon. On fait tous les efforts pour résoudre le problème le plus rapidement possible. »

Les 300 fauteuils ont été retirés de la circulation et entassés dans des espaces temporairement restreints au grand public. «On va tous les enlever pour les entreposer. D’ici vendredi, il ne devrait plus y en avoir», a-t-elle assuré.

Les fauteuils demeureront à l’écart pour un temps indéterminé.

À évaluer

Ce n’est pas la première fois que des punaises de lit s’infiltrent dans la Grande Bibliothèque. Aux dires de Mme Chagnon, il s'écoule entre une à deux années entre chaque détection de ces indésirables dans l’établissement.

Mais cette fois, un nombre plus important de punaises a été décelé. L’administration doit donc évaluer s’il sera nécessaire de remplacer les fauteuils rembourrés par du nouveau mobilier.

«Il y a 13 ans, quand on a choisi ces fauteuils-là, le problème des punaises de lit n’était peut-être pas aussi flagrant, a-t-elle indiqué. Est-ce qu’on va ramener les fauteuils? On va se poser la question et évaluer les coûts. On va agir pour que les usagers soient rassurés.»

Le problème n’a toutefois pas causé une baisse d’achalandage. Mardi, 8200 personnes ont passé les portes de la Grande Bibliothèque, contre une moyenne qui se situe habituellement entre 7000 et 8000 visiteurs.

Transports en commun

À la Société de transport de Montréal (STM), on assure prendre la situation au sérieux. Toutes les semaines, les wagons sont inspectés, et un lavage complet est effectué toutes les quatre ou cinq semaines. Les autobus sont aussi inspectés quotidiennement, et le lavage complet intérieur et extérieur se fait tous les 42 jours.

Même son de cloche pour Exo, responsable des trains de banlieue, où grâce aux inspections quotidiennes, aucun cas d'éclosion n'a jamais été rapporté.

- avec la collaboration de Nadia Lemieux