/regional/montreal/montreal

Exo

Party de 75 000$ pour un changement de nom

Cédérick Caron

 - Agence QMI

L’organisme qui exploite les trains de banlieue et les autobus interurbains dans le grand Montréal s’est offert une soirée à 75 000$ pour lancer son nouveau nom et sa nouvelle image.

Traiteur, équipe de tournage, photographe, location d’accessoires et d’un autocar, tout a été mis de l’avant pour séduire les quelque 400 personnes présentes au Palais des congrès le 23 mai dernier selon des documents obtenus en vertu de la loi d’accès à l’information.

Créé le 1er juin 2017 lorsque l’Agence métropolitaine de transport (AMT) a été dissoute, le Réseau de transport métropolitain (RTM) est devenu exo lors de cette soirée.

Seulement pour le service de traiteur, plus de 23 000 $ ont été versés. La location de la salle, incluant les équipements de scène et les services de techniciens, a coûté 33 199,50$.

«C’est énorme, dénonce un des porte-parole de la Fédération canadienne des contribuables, Renaud Brossard. C’est aberrant, surtout qu’on parle d’un deuxième changement de nom en un an. C’est de l’argent qui aurait pu être mis dans le service.»

Employés et membres du CA

La grande majorité des convives étaient des employés et des membres du conseil d’administration de l’organisme selon la porte-parole d’exo, Élaine Arsenault, qui précise que quelques partenaires municipaux et d’affaires étaient aussi présents.

«L’événement du 23 mai avait un double objectif : dévoiler l’image de marque et souligner le premier anniversaire d’exo, créé le 1er juin dernier. Le choix du Palais des congrès s’imposait, compte tenu de la disponibilité de salles pouvant accueillir la majorité de nos employés, quelques partenaires et des représentants des médias», a indiqué Mme Arsenault

«C’est surprenant, surtout qu’on nous a parlé d’un changement graduel et à faible coût», a commenté François Pepin, le président de Trajectoire Québec qui défend les clients de transport collectif.

Sans compter la fête du 23 mai, le développement de cette nouvelle marque aura coûté un peu plus de 326 000 $, taxes comprises. Des contrats répartis entre les entreprises Sid Lee, Brandbourg et Ad hoc recherche.

Lot de difficultés

Depuis un an, le RTM (devenu exo) a connu plusieurs difficultés. Selon ce que rapportait notre Bureau d’enquête, 94 employés et cadres, dont près de la moitié de la haute direction, ont été congédiés ou ont démissionné dans les neuf premiers mois d’activité.

Son PDG Raymond Bachant a dû vendre ses actions de Bombardier, le principal fournisseur de matériel ferroviaire de l'organisation. M. Bachant avait déjà dirigé la division transport de Bombardier.

Cet hiver, de nombreux retards de trains de banlieue ont forcé la société de transport à dédommager ses clients.

Plus récemment, la gestion des mesures pour contrer les effets du chantier du train électrique de la caisse de dépôt, qui entraîne des retards et des coupures de services, font beaucoup de mécontent sur la ligne de train Deux-Montagnes, la plus achalandée du réseau.

Détails des factures avec taxes pour le lancement d’exo

-Location de matériel audiovisuel et de scène + main d’œuvre : 27 250,20 $

-Traiteur : 23 088,18 $

-Location et installation d’accessoires : 12 707,05 $

-Location de salle du Palais des congrès : 5649,30 $

-Location d’un autocar : 5173,88 $

-Équipe de tournage et montage de faits saillants : 919,80 $

-Photographe : 511,64 $

Total : 75 300,05 $

- Avec la collaboration de Christopher Nardi

Dans la même catégorie