/news/culture

Critique

Jean-Marc Parent encore en grande forme

Raphaël Gendron-Martin | Agence QMI 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Sept années se sont écoulées depuis la sortie de son spectacle précédent, «Torture», mais Jean-Marc Parent n’a vraiment pas perdu la forme. Pour son 11e «one-man show» en carrière, «Utopie», le conteur hors pair du Québec fait ce qu’il maîtrise le mieux: raconter des anecdotes hilarantes.

Même s’il devait se faire opérer jeudi matin, à 6 h, pour une pierre au rein, Jean-Marc Parent n’a rien laissé paraître de ses ennuis de santé, mercredi soir, pour sa première médiatique au Théâtre Maisonneuve. C’est avec son entrain habituel que le comique de 56 ans a raconté ses nouvelles histoires.

Avant même que ne débute son «vrai» spectacle, JMP a passé les 20 premières minutes de la soirée à improviser sur différents sujets: les problèmes de circulation à Montréal («fermez-vous les yeux et essayez de vous imaginer... si on pouvait entrer à Montréal comme avant»), son physique d’homme dans la cinquantaine et sur la nourriture bio.

Club échangiste

Déjà, le conteur avait mis le public dans sa petite poche arrière. Et son spectacle n’était même pas commencé ! Avec son nouveau matériel, Jean-Marc Parent nous fait crouler de rire en racontant ses récents problèmes d’apnée du sommeil et de la machine qu’il a dû s’acheter.

Juste après, il est hilarant en racontant la fois où il s’est retrouvé, malgré lui, dans un club échangiste en Floride... rempli de Québécois! Le Théâtre Maisonneuve a explosé lorsque l’humoriste a dit qu’un couple d’échangistes, qui était en plein ébat, l’avait reconnu en lançant: «Ah ben, ¨flashe¨ tes lumières!»

Avec son nouveau spectacle, Jean-Marc Parent nous livre exactement ce que l’on attend de lui: une série d’anecdotes cocasses qui font parfois hurler de rire. Pour les amateurs de l’humoriste, «Utopie» est un incontournable. Le spectacle est présenté au Théâtre Maisonneuve jusqu’au 19 juillet.

Dans la même catégorie