/news/culture

Cinq Génie pour Maelström

PCM

Maelström, de Denis Villeneuve, a poursuivi sur sa belle lancée lundi soir à Toronto, en remportant cinq récompenses importantes (sur 10 nominations) à la 21e remise des prix Génie, les «Oscars canadiens».

Villeneuve, qui multiplie les prix et les bonnes critiques ici et ailleurs avec son Maelström, a été récompensé lui-même dans les catégories meilleur film, meilleure réalisation et meilleur scénario.

Maelström est la sélection canadienne pour une place parmi les cinq finalistes dans la catégorie «film étranger» aux Oscars, qui seront annoncés le 13 février.

Son directeur de la photographie, André Turpin, a reçu un autre prix, tout comme Marie-Josée Croze (photo de gauche), la Bibiane du film, qui a été choisie meilleure actrice par l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision (4000 membres).

Denys Arcand et Robert Lepage, qui ont tourné leur plus récent film en anglais et qui l'ont présenté en première au Festival de Toronto, en septembre, ont ont aussi récolté des prix.

Stardom, d'Arcand, qui se déroule dans le milieu de la mode, est allé chercher le prix des... costumes (Michel Robidas). Lepage, avec son Possible Worlds, a reçu des prix pour la direction artistique (encore François Séguin) et le montage.

À la réalisation, Villeneuve bat notamment Lepage, Robert Favreau pour Les Muses orphelines et Alain Desrochers pour La Bouteille - ces deux derniers films revenant bredouilles de Toronto. Marie-Josée Croze a coiffé notamment Ginette Reno et Pierrette Robitaille, de Laura Cadieux... la suite. Ce dernier film a valu à François Dompierre le Génie de la meilleure chanson (Fortuna).

Le prix du meilleur acteur a été décerné à l'acteur québécois Tony Nardi (vedette de La Sarrazine) pour son travail dans My Father's Angel; les prix pour l'acteur et l'actrice de soutien vont à Martin Cummins (Love Come Down) et Helen Shaver (We All Fall Down).

Le prix du meilleur documentaire a été remis à Grass, de Ron Mann, un regard cynique, parfois complètement loufoque, sur la marijuana et sa criminalisation. Ce que n'a pas manqué de dénoncer le réalisateur en recevant son prix, devant les téléspectateurs de CBC.

On savait déjà, depuis 10 jours, que le prix Claude-Jutra du premier long métrage de fiction était remis au jeune cinéaste québécois Philippe Falardeau, qui était encore très ému. Il a profité de l'occasion pour remercier le public québécois qui a permis que son film soit encore à l'affiche après 10 semaines.

Les grands du cinéma canadien d'animation, Eugene Fedorenko et Rose Newlove, ont encore fait mouche, avec Village of Idiots. Le p'tit Varius, d'Alain Jacques, a remporté le Génie du meilleur court métrage de fiction.

La soirée était animée par Brian Linehan.