/news/world

Les États-Unis en état de siège

Les États-Unis sont victimes de la plus grande attaque terroriste de l'Histoire. Deux avions ont littéralement foncé ce matin dans chacune des tours jumelles du World Trade Center, à New York. Peu après, un avion s'est écrasé sur le Pentagone, le quartier général de l'armée américaine, et un incendie s'est déclaré à deux pas de la Maison-Blanche.

Les avions qui ont frappés le World Trade Center ont été détournés quelques minutes avant la catastrophe, selon le FBI.

Premièrement, un appareil, un petit jet selon des témoins, a percuté à 8 h 45 la tour ouest du World Trade Center. Puis, une quinzaine de minutes plus tard, un autre appareil, un Boeing 767 d'American Airlines en provenance de Boston, s'est écrasé dans l'autre tour du complexe, celle visitée par les touristes. Vers 10 heures, à la suite d'une troisième explosion, une des tours s'est complètement effondrée. À 10 h 25, une autre explosion a provoqué l'effondrement de l'autre tour.

American Airlines annonce avoir «perdu» deux appareils transportant 156 personnes.

En moins de deux heures, le World Trade Center est complètement disparu de la carte.

Le maire de New York, Rudolph Giuliani, a déclaré qu'il avait «le sentiment qu'un nombre épouvantable» de personnes pourraient avoir perdu la vie dans la catastrophe du World Trade Center. Certaines sources de 10 000 victimes.

Le maire Giuliani a ordonné l'évacuation d'une partie de la presqu'île de Manhattan.

Washington attaquée de toutes parts

La Maison-Blanche et le Congrès, les deux principaux symboles de la puissance et de la démocratie américaine, ont été évacués mardi à Washington, tandis que le Pentagone (petite photo) a été touché par un avion, envoyant des nuages de fumée au-dessus du fleuve Potomac et en direction de la capitale fédérale.

Par ailleurs, toujours à Washington, une voiture piégée a explosé devant le département d'État américain. Le département d'État, siège de la diplomatie américaine, a été évacué.

La capitale fédérale a été frappée par ces événements moins d'une heure après la ville de New York.

Écrasement de deux avions d'United Airlines

La compagnie United Airlines (UAL) a annoncé mardi le crash d'un deuxième de ses appareils avec 65 personnes à bord et précisé que le premier avion, qui s'était écrasé en Pennsylvanie, transportait 45 personnes.

Les deux avions transportaient au total 110 passagers et membres d'équipage.

Le premier appareil, un Boeing B757 (vol 93) assurait un vol entre Newark (New Jersey) et San Francisco avec 38 passagers et sept membres d'équipage à bord.

Le deuxième avion, un Boeing B767 (vol 175), se rendait de Boston à Los Angeles, avec 56 passagers à bord et neuf membres d'équipage. UAL n'a pas précisé où cet avion s'était écrasé.

Personne n'a revendiqué les attentats

Aucun des attentats n'a encore été revendiqué. On ignore totalement le nombre de victimes.

Les autorités américaines de l'aviation civile ont ordonné l'annulation de tous les vols commerciaux aux États-Unis. Tous les avions en direction des États-Unis doivent atterrir au Canada.

Toutes les tours importantes de Chicago ont été évacuées. La Bourse de New York est fermée. La ville de Los Angeles s'est mise en état d'alerte.

Le président Bush, qui était en Floride au moment des attentats, est en route pour une destination inconnue pour gérer la catastrophe.

Achevées en 1973, les deux tours du World Trade Center comptaient 110 étages. Elles étaient situées au coeur de Manhattan, le quartier des affaires de New York. Au moins 50 000 personnes travaillaient dans ce centre.

Ce n'est pas la première fois que les tours du World Trade Center sont la cible d'une attaque terroriste: un attentat à la bombe avait déjà visé l'une des tours le 26 février 1993, faisant six morts et un millier de blessés.

Les talibans nient être impliqués dans les attentats

Le régime taliban au pouvoir en Afghanistan, où vit Oussama ben Laden, a démenti mardi tout rôle du milliardaire d'origine saoudienne dans les attentats qui ont frappé les États-Unis.

En RealVideo, vous pouvez écouter les reportages de Harold Gagné et Daniel Renaud, suivis de l'analyse économique de Monique Grégoire.

Pour en savoir plus, consultez le dossier d'InfiniT.