/news/homepage

Kyoto, un «complot socialiste»?

Stephen Harper

Le premier ministre Stephen Harper a déjà traité le Protocole de Kyoto de «complot socialiste» alors qu'il militait au sein de l'Alliance canadienne.

En 2002, dans une lettre d'appel de fonds envoyée aux membres de parti, Stephen Harper tourne l'entente en dérision et remet en question la «science» qui sous-tend les changements climatiques.

Le lettre a été rendue publique par les libéraux, qui estiment qu'elle illustre la véritable attitude du premier ministre face au problème.

«Kyoto est essentiellement un complot socialiste qui vise à soutirer des fonds aux pays les plus riches», peut-on lire dans la lettre signée de la main de M. Harper.

Celui-ci ajoute que l'entente met en péril l'industrie pétrolière canadienne: «La mise en application du traité nuirait gravement à l'industrie des hydrocarbures, qui est essentielle aux économies de Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse, la Saskatchewan, l'Alberta et la Colombie-Britannique. Les travailleurs et les consommateurs de partout au Canada y perdront.»

M. Harper dénonce aussi de voir le traité s'attaquer au dioxyde de carbone - qui, dit-il, «est essentiel à la vie». Il ajoute que les preuves scientifiques derrière les changements climatiques sont «modestes et contradictoires».

Le futur premier ministre promet ensuite une «bataille de Kyoto» pour empêcher le gouvernement libéral de Jean Chrétien de faire adopter le traité par la Chambre des communes.

En vidéo, écoutez les explications de Sylvain Drapeau.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.