/finance/homepage

Confidences d’un entrepreneur: choisir ses batailles

TVA Nouvelles

Anne Marcotte
Collaboratrice, Argent

On m’a souvent répété que dans la vie, tout comme en affaires, il est important de choisir ses batailles. De choisir les luttes que nous décidons d’entreprendre. Cela consomme toujours énormément d’énergie surtout si on est animé par le désir de ne pas se retrouver du côté des perdants.

Vous avez un message

Il y a de cela déjà plusieurs années, je reçus dans ma boîte courriels d’affaires un message sans titre. Auteur : inconnu. L’anonyme expéditeur avait utilisé une adresse Hotmail. Curieuse, je l’ouvris. S’y trouvait, une série de propos désobligeants qui avaient été copiés d’un groupe de discussion. Certains extraits donnaient vraiment la chair de poule.

Je restai de glace devant mon écran. Stupéfaite.

Anxieuse et un peu fâchée, je fis le tour de chacun des commentaires apparaissant dans le courriel. J’espérais découvrir un indice qui me permettrait de reconnaître l’identité des auteurs qui diffamaient notre entreprise. Peine perdue. Aucun nom et prénom ne figuraient sous ses petites phrases.

Je fis venir l’un de mes associés dans mon bureau. « Regarde ce que je viens de recevoir. On fait quoi avec ça ! », lui lançai-je, déconcertée.

« Oublie ça, ne mets pas d’énergie là-dedans!», répondit-il, après avoir lu.

Les messages étaient néanmoins signés par des « nicknames », ces espèces de petits surnoms sympathiques que plusieurs utilisent pour laisser des commentaires qui le sont moins.

Spontanément, je décidai alors d’entreprendre une bataille. L’objectif : retracer les auteurs et leur demander de sérieuses justifications.

Après maintes recherches, et des centaines de clics sur Internet, je pus enfin crier « Victoire ». Je venais de découvrir, sur un forum partagé par une communauté oeuvrant dans l’industrie des technologies Internet, assez d’indices pour me permettre d’identifier l’un des deux « nicknames ».

Je sautai sur le téléphone et contactai le jeune homme chez son employeur. « Qui puis-je annoncer? », demanda la réceptionniste. « Une amie. », répondis-je.

Au bout du fil, je découvris un personnage qui perdit toute sa flamboyance sans l’armure de son « nickname ». Je me permis de mettre les choses bien au clair. Il s’effondra en excuses.

Satisfaite de la conversation, je raccrochai. Ce qui me libéra l’esprit et m’aida à reprendre le travail.

Ce que je compris…

Avais-je gagné la bataille que je venais de livrer? La lutte dans laquelle je m’étais activement engagée?

Sur le coup, j’aurais eu tendance à répondre « oui ». Cela avait tout de même satisfait mes émotions. Mais d’un point de vue production, j’ai finalement réalisé que toute cette péripétie m’avait fait « perdre » trois énormes jours de travail. Trois jours qui auraient pu permettre à notre entreprise de « gagner » de précieux contrats.

Depuis, je tente, même si je ne le réussis pas toujours, de diriger mes énergies vers des actions d’affaires beaucoup plus productives et gagnantes.

Une tribune pour vous !

Je vous remercie de partager avec moi vos rêves, vos ambitions, vos anecdotes stimulantes, vos inquiétudes, vos succès, etc. Vos courriels sont nombreux et vos histoires m’intéressent toujours. anne.marcotte@vivemtia.ca