/news/homepage

Cathie Gauthier raconte la «transformation» de son mari

Accusée d'avoir tué ses trois enfants

TVA Nouvelles

(QMI) -- «Marc avait commencé à changer. J’ai pensé à me séparer. Mais comme je ne voulais pas perdre les enfants, je suis retournée à la maison. Ça n’a plus jamais été pareil après», a raconté Cathie Gauthier, les trémolos dans la voix, mardi matin, au palais de justice de Chicoutimi.

Accusée du meurtre de ses trois enfants, soit Joëlle, 12 ans, Marc-Ange, 7 ans, et Louis-Philippe, 4 ans, la femme de 35 ans a été appelée à la barre des témoins par son avocat, Me Dominic Bouchard. Elle a raconté qu’elle avait passé quelques jours chez une amie pour «réfléchir sur sa relation avec Marc». «Il m’a dit que j’avais bien beau partir, mais que jamais je n’aurais les enfants, alors je suis revenue à la maison.»

L’accusée a affirmé au jury que son mari, Marc Laliberté, 46 ans, est devenu autoritaire envers les enfants à partir de la mi-novembre 2008. «Il était moins patient. Il n’avait jamais levé le ton envers les enfants. Il était plus raide. Pour la première fois, il a mis les enfants en punition. […] Lui qui avait toujours été doux envers eux, il s’est mis à les brusquer», a-t-elle dit.

«Ma job était de consoler les enfants et de leur expliquer que papa était fatigué. Je ne voulais pas qu’ils le détestent.»

Cathie Gauthier a raconté qu’elle espérait que tout se replace. «Je me disais que Marc allait finir par se trouver un emploi, qu’on allait déménager dans un logement (ils habitaient une maison à Chicoutimi) et qu’on se débarrasserait de la voiture. Je voulais retrouver mon mari.»

L’accusée a raconté qu’elle a occupé trois emplois pour subvenir aux besoins de sa famille. «Je n’étais pas la vendeuse idéale. Pour moi, être mère au foyer, c’était mon travail. J’étais retournée sur le marché du travail pour aider Marc.»

Le couple avait fait faillite le 6 octobre 2008 et croulait sous les dettes.

Cathie Gauthier a décrit Marc Laliberté comme un «bon mari». «Je l’aimais énormément. Je vais toujours l’aimer. C’était un bon mari, un bon père. Il a toujours été là. On était au paradis.»

L’accusée prétend souffrir d’un trouble de personnalité limite.

Cathie Gauthier est la seule survivante du drame survenu le 31 décembre 2008, dans la maison familiale. Marc Laliberté avait été retrouvé sans vie, le poignet tailladé. Les enfants sont morts par intoxication, selon la pathologiste qui a procédé à l’autopsie.

Le témoignage de l’accusée se poursuit mardi après-midi.