/news/homepage

Pas de sentence bonbon pour son agresseur

Défigurée dans le métro

Défigurée dans le métro il y a cinq ans, Marcia Langleib a réussi à faire tomber une sentence bonbon qui n’aurait pas envoyé son agresseur en prison, révèle le Journal de Montréal.

Le 5 septembre 2005, dans la station de métro Snowdon, Peter Niedziels a agressé Mme Langleib sans raison alors qu’il était sous l’effet de la drogue et de l’alcool et s’en est pris à deux bons Samaritains qui venaient au secours de la dame.

Il a écopé d’une peine de deux ans moins un jour à purger dans la collectivité, une sentence bonbon considérant que l’agression a laissé Mme Langleib défigurée et handicapée.

En entrevue à LCN, l’avocat Marc Bellemare, qui est intervenu pro bono (gratuitement) dans ce dossier, a rappelé que les victimes de crimes contre la personne doivent «faire des démarches auprès du Procureur de la Couronne pour s’assurer que les sentences soient acceptables».

La preuve: après avoir porté la sentence en appel, la Cour a envoyé l’agresseur de Mme Langleib dans un pénitencier pour trois ans.

«Trois ans, c'est mieux que rien, mais j'aurais aimé qu'il soit en prison pour la vie. Cet homme-là a la rage dans les yeux», a laissé tomber la Montréalaise de 56 ans qui ne travaille plus et craint de prendre le métro, au quotidien de la rue Frontenac.

(TVA Nouvelles)

Incorrect or missing Brightcove Settings

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.