/news/homepage

«Les trois juges ont dormi au gaz», selon le père

Mort de Bobby St-Hilaire

Le père de Bobby St-Hilaire, qui a été heurté à mort en 2006, est en colère contre la Cour d’appel du Québec.

«Les trois juges ont dormi au gaz! Ils ont annulé la première instance et ils ont donné une sentence bonbon!», lance Jocelyn St-Hilaire. Hier les trois juges du tribunal ont considérablement réduit la peine qui avait été imposée à Guillaume Camiré, 22 ans, responsable de la mort de l’adolescent. Alors que Camiré avait été condamné à 30 mois d’emprisonnement par le juge de première instance, la Cour d’appel a ramené cette sentence à 23 mois à purger dans la collectivité en plus d’une interdiction de conduire et de consommer de l’alcool ou de la drogue.

«Ça lance un message : heurtez quelqu’un et sauvez-vous, vous aurez droit à une sentence bonbon!», ajoute le père qui n’en revient toujours pas de la décision et qui espérait que la Cour d’appel maintienne le premier jugement.

Jusqu’à la Cour suprême?

Jocelyn St-Hilaire fait maintenant affaire avec le populaire avocat Marc Bellemare dans le but de relancer l’affaire. Une lettre sera expédiée au procureur de la Couronne la semaine prochaine dans le but de porter ce nouveau jugement en appel devant la Cour suprême du Canada. «La Cour d’appel a commis une erreur en considérant qu’il y avait eu une entente ferme entre la Couronne et la défense. Je pense qu’il y a juste un appel devant la Cour suprême qui pourrait corriger ça.», affirme Me Bellemare.

Le 20 octobre 2006, Bobby St-Hilaire, qui venait tout juste d’avoir 15 ans, a été heurté à mort à Saint-Bernard alors qu’il circulait à cyclomoteur. Guillaume Camiré, qui avait alors 19 ans, ne s’était pas arrêté et avait poursuivi sa route jusque chez lui.

(TVA Nouvelles)

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.