/finance/homepage

Salaires extraordinaires pour des employés de la STM

Argent

Certains employés de la Société de transport de Montréal (STM) font des affaires d'or. Plusieurs font des heures supplémentaires à la demande de leur employeur ce qui leur permet de doubler leur salaire.

TVA Nouvelles a appris, grâce à la Loi d'accès à l'information, qu'au moins 16 commis divisionnaires qui s'occupent de la répartition des véhicules et qui ont un salaire annuel moyen de 71 000 dollars ont réussi à encaisser plus de 130 000 dollars l'an dernier en raison du temps supplémentaire.

« Le supplémentaire, ce n'est pas le chauffeur qui va le chercher, c'est la STM qui le donne. Maintenant, est-ce qu'il y a une mauvaise gestion de la STM? Il faudrait le demander. Moi je pense que oui, avec tout ce qui se passe à la STM ces temps-ci, il y a une mauvaise gestion, c'est sûr et certain », affirme Claude Benoît, président Syndicat des chauffeurs de la STM.

Une dizaine de professionnels syndiqués ont accumulé jusqu'à 157 000 dollars.

22 membres du personnel administratif ont reçu entre 116 000 et 136 000 $.

37 employés d'entretien gagnant en temps normal moins de 60 000 $ par année ont reçu entre 120 000 et 139 000 dollars.

44 chauffeurs d'autobus dont le salaire moyen est de 58 000 $ ont touché jusqu'à 133 000 $.

L'an dernier, la STM a versé près de 48 millions de dollars en temps supplémentaires à ses employés sur une masse salariale d'environ 662 millions de dollars.

« Bon an, mal an, on fait l'analyse et soyez assuré qu'on gère ça avec beaucoup de rigueur, parce que c'est quand même les deniers publics », soutient Odile Paradis, directrice principale, Affaires publiques de la STM.

La STM verse 7 % de sa masse salariale en temps supplémentaires ce qui coûterait moins cher que procéder à des embauches, surtout lorsqu'il s'agit de projets spéciaux comme l'implantation de la carte Opus.

Depuis 2007, la Société de transport de Montréal a dû embaucher 284 chauffeurs et 98 employés d'entretiens. D'autres embauches sont à prévoir à court terme.