/news/homepage

180 proprios de maisons mobiles bientôt expulsés?

Lévis

TVA Nouvelles

À deux pas du pont de Québec, à Lévis, entre la route 132 et les bretelles de l'autoroute Jean-Lesage, la place de la Vanoise, un parc de maisons mobiles.

Ici, depuis 32 ans, environ 180 personnes louent une parcelle de terrain au propriétaire des lieux pour y installer leurs maisons mobiles. Pas de bail. Les loyers varient entre 160 $ et 185 $ par mois.

Évidemment, il y a toujours eu des rumeurs d'expulsion. Mais cette fois-ci, la menace semble sérieuse. Au cours des dernières années, la place de Vanoise s'est retrouvée enclavée entre des projets commerciaux : supermarché, immeubles à bureaux, etc. Et un promoteur qui a l'oeil sur le terrain a demandé un amendement au zonage pour y implanter une artère commerciale.

«Ça commence à être chaud : on en parle partout», dit Marcel Dubois, résident des lieux depuis 26 ans. «J'ai mis ma maison en vente. Mais elle ne s'est pas vendue : les gens ont peur». Marcel Dubois n'est pas le seul qui ait tenté de vendre sa maison. Mais les nouvelles voyagent vite et les acheteurs ne se bousculent pas aux portes. Pourquoi, en effet, acheter une maison quand on n'a aucune garantie au sujet du terrain sur lequelle elle est installée?

Alors, les résidants espèrent. Ils espèrent qu'on va les dédommager s'ils doivent déménager et que la Ville de Lévis va les aider à se relocaliser.

Et, là-dessus, Gilles Thomassin est de ceux qui croient que la Ville n'aura guère le choix, compte tenu du nombre des personnes qui pourraient être expulsées : «On va perdre des avantages. C'est sûr qu'ici, on est près de tout : hôpital, épicerie, pharmacie, clinique, commerces. J'espère seulement qu'ils ne nous enverrons pas trop loin».

Lévis demeure prudente

À la Ville de Lévis, on marche sur des oeufs. «On ne veut pas laisser tomber ces gens-là», dit le porte-parole, Christian Brière. «On va essayer de les aider de la meilleure façon possible dans les limites de ce que peut faire la Ville».

M. Brière confirme du bout des lèvres que la Ville étudie différentes hypothèses, dont une aide à la relocalisation pour les résidants de la place de la Vanoise. Mais il s'empresse de préciser, aussi, que tout cela est lié à la conclusion d'une transaction entre deux groupes privés.

(TVA Nouvelles)