/news/world

Claude Poirier a retrouvé le cœur du frère André

Canonisation du frère André

Le 16 mars 1973, les pères de Sainte-Croix s’aperçoivent que le cœur du fondateur de l’oratoire St-Joseph, le frère André, a été dérobé.

Le bocal dans lequel la relique était conservée n’est plus sur son piédestal de marbre, dans une voûte au dernier étage de l’église.

Aucun signe d’effraction n’a été relevé, les voleurs possédant apparemment les clés de la porte et de la grille derrière lesquelles se trouvait l’organe.

Claude Poirier a été mis au courant de cette histoire par un jeune avocat montréalais, Me Frank Shoofey. «Je ne le croyais pas quand il m’a annoncé la nouvelle», dit-il. Ils sont finalement entrés en contact avec les voleurs après plusieurs longues tentatives. Ils ont eu la confirmation du vol par les autorités de l’Oratoire quelques jours plus tard.

C’est le 21 décembre 1974 que Claude Poirier et Me Shoofey ont mis la main sur le cœur du frère André. Après avoir demandé une réduction de sentence, les voleurs ont indiqué où ils avaient laissé le cœur.

Claude Poirier et Me Shoofey se sont rendus dans un cabanon où se trouvait le cœur. Les policiers sont par la suite venus récupérer l’organe pour le ramener à l’oratoire St-Joseph.

Depuis son retour à l’Oratoire, le cœur n’est plus accessible au grand public.

Le voleur, Robert Bob F., est décédé dans la région d'Oka il y a quelques années. Selon Claude Poirier, il aurait commis un tel geste afin de négocier une peine réduite pour une série d'accusations de vol qualifié. (TVA Nouvelles)

Voyez un extrait de l’émission Le Vrai Négociateur où Claude Poirier raconte les événements.