/news/homepage

Le fils de Pierre Laporte brise le silence

Denis Lévesque

TVA Nouvelles

Exclusif - Il y a 40 ans, le Québec était plongé en pleine Crise d’octobre. Les événements ont profondément marqué les Québécois, mais personne n’a certainement été autant marqué que les proches de Pierre Laporte, le ministre du Travail assassiné par le FLQ en octobre 1970.

Pour une rare fois, Jean Laporte, le fils de Pierre Laporte a accepté de s’adresser aux médias. Dans une entrevue accordée à Denis Lévesque, M. Laporte s’érige contre l’image de «romantiques révolutionnaires» qu’on a associée aux assassins de son père.

«Chaque dix ans, il y a des reportages et, chaque fois, c’est un peu plus douloureux. On essaie de réécrire l’histoire, de donner un côté plus acceptable au FLQ, mais en réalité ils ont enlevé un homme et cet homme c’était mon père...»

Jean Laporte habite encore la maison où il demeurait quand son père a été enlevé. En exclusivité, il a accepté de nous y conduire pour nous faire revivre les événements.

«Je n’étais pas ici, mais chez des amis, explique Jean Laporte. Je jouais au ballon-chasseur». Sa tante, sa mère et son cousin étaient cependant présents. Ils lui ont tout raconté.

«Mon père jouait au football avec mon cousin. Il attendait ma mère pour aller en ville. Mais quand elle est sortie, elle a vu une voiture arrêter... La voiture s’est arrêtée et des hommes sont descendus avec des mitraillettes».

Le tout s’est passé très vite. Son père a levé les mains et ses ravisseurs l’ont poussé dans le véhicule. Son cousin a immédiatement appelé la police. «Il avait noté le numéro de la plaque, explique Jean Laporte. Il est vite entré pour l’écrire sur un bout de papier...»

L’enlèvement a eu lieu vers 18h. «Une demi-heure plus tard, le terrain était envahi par les policiers et les journalistes...»

Jean Laporte et sa famille ont quitté leur demeure le lendemain, escortés par la police et une horde de journalistes qui refusaient farouchement de les quitter d’une semelle. «Nous sommes allés à l’hôtel Reine-Elizabeth», précise le fils de Pierre Laporte, qui a passé le plus clair de son temps à regarder la télévision.

Sa famille et lui sont finalement revenus chez eux le lendemain du décès du ministre, le 18 octobre. La loi des mesures de guerre venait d’être décrétée.

Quarante ans après, le fils de l’ancien ministre de Robert Bourassa n’a pas oublié son père. Il lui a réservé un espace bien spécial dans son bureau afin d’honorer sa mémoire. Un espace qu’il a accepté de nous faire visiter.

Pour revivre ces tristes événements, voyez la version intégrale de cette entrevue dans le cadre de l’émission de Denis Lévesque. Cette émission sera présentée ce vendredi à 21h sur les ondes LCN et à 22h45 à TVA.

(TVA Nouvelles)