/news/homepage

Legault dévoile ses cartes

Coalition pour l'avenir du Québec

Après des semaines de spéculation, l'ancien ministre péquiste François Legault a finalement dévoilé son manifeste politique aujourd'hui.

Dans ce texte:

La Coalition pour l'avenir du Québec a été fondée par le politicien d'expérience, qui avait déjà fait part de ses inquiétudes pour le futur de la province lors de son départ de l'Assemblée nationale. «Deux ans plus tard, mes inquiétudes sont encore plus grandes, estime-t-il. Je pense que le Québec est, plus que jamais, dans une impasse.»

Malgré ce constat sévère, François Legault affirme avoir lancé la Coalition en raison d'un certain optimisme. «Le Québec peut et doit faire mieux», tranche-t-il.

Le document s'oriente autour de quatre grands axes: l'éducation, l'amélioration des services publics, l'économie, et la culture.

Pas de question nationale

Le groupe espère amener les citoyens de toutes les allégeances politiques à prendre part à la réflexion qu'il vient de lancer, précisant que le manifeste n'est pas «une version finale, à prendre ou à laisser».

C'est d'ailleurs ce désir de rassembler des participants de tous azimuts qui pousse l'ancien ministre à mettre de côté la question nationale, qui constitue selon lui une source de division du peuple québécois.

«Il faut sortir du déni, constate l'ancien poids lourd du PQ. On ne peut pas attendre éternellement le grand soir.»

Revaloriser l'enseignement

François Legault est clair: l'avenir de la Belle province passe par ses écoles. «Il faut que l'éducation devienne LA priorité au Québec», tranche-t-il.

Tel que révélé par TVA Nouvelles la semaine dernière, il entend améliorer la rémunération des enseignants afin de revaloriser la profession. «Il faut qu'en échange, les enseignants acceptent d'être évalués», précise-t-il cependant.

La porte-parole du groupe en matière d'éducation, Chantal Longpré, évoque quant à elle un meilleur soutien à l'intégration des élèves en difficulté.

De plus, la Coalition espère mettre fin au sous-financement des universités grâce à un réinvestissement provenant à la fois de l'augmentation des frais de scolarité et de la hausse de la participation de l'État.

Les signataires du manifeste espèrent qu'un meilleur financement permettra d'attirer des chercheurs de pointe dans les établissements québécois.

La culture passe par le français  

À défaut de prendre position sur le statut constitutionnel du Québec, la Coalition se présente comme une grande défenderesse de la langue française, en accordant une importance accrue autant à l'aide à la francisation qu'à l'application de la Charte de la langue française.

«Le soutien à la langue française ne doit exclure a priori aucune avenue législative ou juridique», soutient le manifeste.

Des services publics plus performants  

Sans grande surprise, le manifeste de la Coalition prévoit une décentralisation du pouvoir afin d'améliorer la performance des services publics.


Le cofondateur de la Coalition pour l'avenir du Québec, Charles Sirois (Crédit photo: Agence QMI)

«Je suis convaincu que nous devons revoir complètement le modèle d'organisation de nos réseaux de l'éducation et de la santé, explique François Legault. Ça prend un nouveau pacte avec nos enseignants et nos médecins.»

Il croit qu'une plus grande autonomie des établissements locaux permettra de mettre en place des services mieux ajustés aux besoins des Québécois.

Nationalisme économique

Dressant un portrait sombre de la situation économique québécoise, François Legault souhaite effectuer une transition vers une économie de «propriétaires, et non de succursales».

Citant les succès de la Révolution tranquille, l'ancien ministre péquiste évoque le retour d'un certain nationalisme économique pour permettre au Québec de rattraper le niveau de richesse des autres États nord-américains.

«Il faut qu'on soit capable de mieux épauler nos entrepreneurs et qu'on utilise tous les moyens disponibles pour garder nos sièges sociaux importants», résume François Legault.

Vers un parti politique?

Cofondateur du groupe, l'homme d'affaires Charles Sirois rejette du revers de la main la possibilité d'une présence de la Coalition sur un bulletin de vote dans un avenir immédiat. «Ce n'est pas un parti politique, affirme-t-il. C'est un mécanisme de consultation du public.»

L'entrepreneur souhaite d'ailleurs que les partis politiques existants reprennent les idées contenues dans le manifeste.

Son partenaire dans cette aventure, François Legault, s'est toutefois montré moins catégorique sur la question d'un futur parti.

«Ce qu'on veut faire, c'est essayer d'ici la fin 2011 d'aller chercher le support de la population derrière un plan ambitieux qui comprend de réels changements, explique-t-il. Ensuite, il faudra voir qui va réaliser les travaux de rénovation. Là on tombe dans le politique.»

Les douze signataires:

  • François Legault, ancien ministre péquiste et cofondateur
  • Charles Sirois, homme d'affaires et cofondateur
  • Bruno-Marie Béchard Marinier, ancien candidat libéral fédéral et recteur honoraire de l'Université Sherbrooke
  • Dr Lionel Carmant, neurologue
  • Sylvie Lemaire, femme d'affaires
  • Chantal Longpré, présidente, Fédération québécoise des directions d'établissements d'enseignement, porte-parole de la Coalition pour l'éducation
  • Stéphanie Raymond-Bougie, avocate en droit des affaires
  • Anie Samson, mairesse de l'arrondissement montréalais de Villeray-St-Michel-Parc-Extension
  • Jean Lamarre, président de Lamarre Consultants
  • Michel Lemay, président du Réseau HEC Montréal
  • Marie-Ève Proulx, mairesse de Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud
  • Jean-François Simard, ancien député péquiste

 

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie