/news/world

Des CF-18 frappent des navires libyens

Mission de l'OTAN

Des pilotes canadiens ont participé à des frappes aériennes de l'OTAN qui ont détruit huit navires de guerre libyens dans le port principal de la capitale Tripoli, jeudi.

«L'OTAN n'a visé que des cibles militaires, et qui sont directement rattachées aux attaques du régime de Kadhafi envers sa population», a déclaré le contre-amiral Russel Harding, commandant adjoint de l'opération «Protecteur unifié».

Les forces loyales au colonel Kadhafi avaient truffé de mines le port de Tripoli et tendu des pièges en postant des mannequins aux fenêtres et aux hublots de bateaux remplis d'explosifs, selon l'OTAN.
Le navire de combat canadien HMCS Charlottetown était déployé près du port bombardé.

«Compte tenu de l'utilisation grandissante de leurs forces navales, l'OTAN se devait d'agir afin de protéger les civils libyens et nos propres ressources en mer», a ajouté le contre-amiral Harding.

La femme et la fille de Kadhafi se seraient réfugiées en Tunisie, indice d'une pression accrue sur le dictateur. Le porte-parole du gouvernement libyen, Moussa Ibrahim, a de son côté démenti cette information jeudi soir.

Après l'attaque du port, d'autres explosions ont été entendues quelques heures plus tard à Tripoli qui était survolée par des avions de chasse, a noté un journaliste de l'AFP.

Plus tôt cette semaine, Ottawa avait procédé à l'expulsion de cinq diplomates de l'ambassade de Lybie.