/finance/homepage

Les réfugiés, pas mieux traités que les personnes âgées

Photo : Agence QMI

Caroline Pailliez
Argent

Une personne âgée ne reçoit pas moins d’argent de la part du gouvernement qu’un réfugié, tiennent à préciser Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) et le Conseil canadien pour les réfugiés.

Argent a reçu plusieurs courriels stipulant qu’un réfugié percevait près de 16 776 $ par an de plus qu’une personne âgée. Le courriel a fait le tour des internautes partout au Canada, suscitant une certaine indignation.

«Ces informations sont complètement fausses et se basent sur de mauvais calculs », assure Citoyenneté et Immigration Canada.

Le courriel précise qu’un réfugié bénéficierait d’une pension mensuelle de 1890 $, plus un chèque de 580$ en aide sociale. Cette personne toucherait finalement 28 920$ au cours de l’année.

Les personnes de plus de 65 ans, résidants au Canada depuis plus de 10 ans, ne recevraient que 1012 $ grâce leur pension de vieillesse et leur supplément garanti, soit un total annuel de 12 144 $.

«L’auteur de ce courriel confond le paiement initial unique avec le paiement mensuel continu, explique CIC. Les réfugiés parrainés par le gouvernement, qui ne correspondent qu’aux trois quart des réfugiés, reçoivent effectivement un montant pouvant aller jusqu’à 1830 $, mais ils ne le reçoivent qu’une seule fois.»

«Ce versement permet de couvrir des besoins d’installation, tels que les vêtements, les articles ménagers de base et l’ouverture d’un compte chez Hydro-Québec», précise le Conseil canadien pour les réfugiés.

Un aide restreinte

En plus de ce versement unique, les réfugiés qui ne disposent pas de ressources financières bénéficieront d’un soutien au revenu pour une année seulement, au travers du Programme d’aide au réétablissement. Le Québec, quant à lui, met à disposition son propre programme d’aide.

«Le montant exact de cette allocation dépend du nombre de personnes dans la famille et du taux d’aide sociale. Au Québec, par exemple, une personne seule reçoit 708 $ par mois au maximum», explique le Conseil.

L’empressement des internautes à s’envoyer le courriel a provoqué un véritable tollé au sein des deux organismes.

«Nous devons nous rappeler que nombre de ces personnes ont échappé à des épreuves inimaginables, et qu’elles ont vécu dans des camps de réfugiés pendants plusieurs années. D’autres ont été victimes de tortures et ont subi des traumatismes importants dans leur pays d’origine», ajoute Citoyenneté et Immigration Canada.

«Beaucoup d’entre elles arrivent avec seulement quelques objets personnels », continue l’organisme, précisant que le Canada a une longue tradition humanitaire à l’égard des réfugiés.

«La majorité des réfugiés arrivent au Canada avec une importante dette. Ils doivent rembourser le gouvernement pour les frais de leur voyage ainsi que le coût de l’examen médical lié au traitement de leur demande d’immigration», ajoute le Conseil canadien pour les réfugiés.

Le conseil recommande de ne pas transférer ce courriel, qui peut avoir des effets dévastateurs pour ces nouveaux arrivants. «Les réfugiés méritent un meilleur accueil de notre part que des préjugés et une stigmatisation non fondés», termine-t-il.

Le Québec accueillait 12 651 réfugiés en 2009. Ils étaient 18 704 en 2007.

caroline.pailliez@tva.ca