/news/homepage

Les débats se prolongent à Ottawa

Lock-out à Postes Canada

Les députés fédéraux n'ont pas fermé l'œil depuis jeudi à la Chambre des communes. Puisque les débats destinés à repousser l'adoption du projet de loi C-6 qui mettrait fin au lock-out décrété par Postes Canada se sont poursuivis sans interruption depuis jeudi, le calendrier parlementaire affiche toujours le 23 juin.

«Ça roule depuis 24 heures, on est toujours jeudi et si ça roule encore dimanche, on aura inventé la semaine des quatre jeudis», a lancé le critique en matière de Travail Yvon Godin avec une pointe d'humour.

Cette obstruction systématique initiée par les néo-démocrates de Jack Layton peut mener loin. Utilisée une soixantaine de fois depuis 1913, elle leur permet de gagner du temps en espérant d'arracher des concessions au gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Ainsi, M. Layton a déposé une motion jeudi, laquelle propose de reporter l'étude du projet de loi C-6 sur le retour des postiers au travail à une date ultérieure, dans six mois. Cette motion est vouée à l'échec, le gouvernement Harper, possédant une majorité de sièges aux Communes. Le vrai débat sur le C-6 devait donc commencer dès vendredi soir et pourrait se poursuivre pendant tout le week-end.

«C'est le gouvernement qui a barré les portes, c'est à lui à ouvrir les portes, a signalé le néo-démocrate québécois Tyrone Benskin. C'est un lock-out, pas une grève.»

Dans cette ambiance survoltée, les députés de tous les partis, les yeux hagards, sont sur le qui-vive. Pas question de s'éloigner trop loin, car leur présence pourrait être requise en Chambre. Pas question de fermer le cellulaire. Dès que le projet de loi C-6 aura franchi le cap de la deuxième lecture et sera débattu en comité plénier, les députés pourront intervenir de façon illimitée, a expliqué un stratège du NPD. Les conservateurs ont raté leur chance d'imposer le bâillon, a-t-on rappelé.

Les néo-démocrates font plutôt une «analyse et une critique serrées d'un projet de loi qui brime les droits des travailleurs [...]», a rétorqué son rival d'Outremont, Thomas Mulcair.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.