/finance/homepage

Pont de l'A-25 : une structure qui rapporte gros

TVA Nouvelles

(Photo: Agence QMI)

Agence QMI

Après une année de service, le nouveau pont payant de l'autoroute 25 pourrait rapporter plus de 22 millions de $ de revenus.

La structure, située entre Montréal et Laval, est ouverte depuis un mois seulement et, déjà, les calculs effectués avec les chiffres obtenus par TVA Nouvelles montrent qu'elle permet d'encaisser plusieurs dizaines de milliers de $ quotidiennement.

Des passages payants

Le prix d'un passage régulier pour les automobilistes est de 1,80 $ ou de 2,40 $ à l'heure de pointe. On peut donc estimer que le tarif moyen est de 2 $.

Actuellement, environ 25 000 véhicules empruntent le pont quotidiennement, ce qui signifie que les revenus pour une seule journée varient de 50 000 à 60 000 $, soit 1,8 million $ par mois.

Ces calculs ne prennent pas en considération le fait que 45 % des usagers du pont ne possèdent pas de transpondeur, la vignette d'abonnement.

Ces automobilistes doivent donc payer un supplément en frais administratifs, faisant grimper leur facture à environ 7 $ du passage.

« Notre prochain défi, c'est que les gens prennent leur transpondeur. 55 % des usagers le possèdent », a dit Pierre Brien, le porte-parole de Concession A-25, le gestionnaire du pont de l'A-25.

« Lorsque ceux qui ne l'ont pas vont recevoir leur facture, on va leur donner la possibilité de convertir les frais administratifs en passages pour leur donner une chance. »

Un partage des revenus pour bientôt

Le pont de l'A-25 est considéré comme le premier partenariat public-privé au Québec.

Le promoteur est responsable de la conception, de la construction, du financement, de l'exploitation et de l'entretien de la structure pour les 35 prochaines années. Il devra ensuite les remettre au ministère des Transports du Québec.

Même s'il n'y a que 25 000 passages par jour sur le pont, l'achalandage et les revenus observés jusqu'à maintenant excèdent les estimations du contrat signé avec le gouvernement du Québec.

TVA Nouvelles a appris qu'à partir de cet automne, les revenus excédents devront être partagés avec Québec, tel que le stipule l'entente conclue avec le gouvernement de Québec.