/news/homepage

Une visite entre les pro et les antimonarchistes

William et Kate à Montréal

La visite canadienne du couple royal se poursuit alors que Kate et William sont arrivés à Montréal, samedi après-midi.

Accusant une dizaine de minutes de retard, le couple princier est à arrivé à Montréal peu avant 16h, lorsque leur appareil s'est posé à l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau.

Les jeunes mariés ont été accueillis par le lieutenant-gouverneur Pierre Duchesne et la ministre québécoise des Relations internationales, Monique Gagnon Tremblay.

C'est dans une atmosphère frénétique qu'ils sont arrivés au centre hospitalier pour enfants Sainte-Justine vers 16h35, où les attendait le premier ministre du Québec Jean Charest et son épouse, Michèle Dionne.

Le couple princier est arrivé dans une voiture noire accompagnée d'un impressionnant cortège de véhicules. Au grand dam des admirateurs, arrivés parfois très tôt, Kate et William se sont engouffrés dans l'établissement, sans saluer la foule.

À l'extérieur, une meute d'admirateurs et de manifestants étaient massés derrière le périmètre de sécurité. Le couple royal est entré par la grande porte de l'hôpital à 16h38. À l'intérieur, ils ont été accueillis par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, ainsi que le directeur général du centre hospitalier, Fabrice Brunet.

Au rez-de-chaussée, le couple a pu observer une installation technologique sur un écran, testée devant eux par un jeune patient de 10 ans. Kate et William se sont ensuite rendus au quatrième étage de l'hôpital, pour visiter le service de néonatalogie, où ils ont notamment rencontré la mère d'un nouveau-né prématuré.

Le couple princier a ensuite visité l'unité mère-enfant de l'hôpital, où il a rencontré des patientes, suivi du Centre de cancérologie Charles-Bruneau, situé au deuxième étage de l'établissement.

Les voyageurs sont arrivés à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ) vers 18h30 afin de suivre un cours de cuisine et rencontrer des étudiants en gastronomie.

À leur arrivée, la petite Michaella Davis, 10 ans, de Saint-Léonard, avait été choisie au hasard pour donner un bouquet au couple. Elle tremblait comme une feuille, mais avait les yeux remplis d'admiration pour le prince qui s'est entretenu une quinzaine de secondes avec elle.

Vêtus de leurs tenues de chefs d'un jour, le duc et la duchesse ont été initiés à différentes techniques culinaires, une activité qu'ils ont eu l'air d'apprécier. Le menu qu'ils ont préparé mettait en valeur les produits du terroir québécois.

Après le souper, en compagnie du premier ministre Jean Charest, de son épouse et de deux invités mystères, Kate et William sont embarqués à bord du NCSM Montréal, pour se rendre à Québec.

 

Avant de quitter Ottawa, le couple royal a visité le Musée de guerre du Canada. Ils y ont, entre autres, présenté une murale d'Augustus John.

 

 

En avant-midi, le duc et la duchesse de Cambridge ont participé à une cérémonie de plantation d'arbre dans le jardin de Rideau Hall. Ils ont planté une pruche canadienne et ont choisi cet arbre, puisqu'il représente l'amour et le mariage durables.

Crédit photo; Agence QMI

Cette tradition date de 1907 et depuis, 120 arbres ont été plantés à Ottawa. Le prince Charles et Camilla en ont planté un en 2009. William a lui aussi planté un arbre, avec son frère Harry et son père, Charles en 1998. Il s'agissait de la première visite au Canada pour William.

Crédit photo; Agence QMI

Kate et William se sont ensuite dirigés vers le Musée canadien de la guerre afin d'y rencontrer les anciens combattants et des représentants de l'Association des épouses de guerre. Rappelons qu'après la Deuxième Guerre mondiale, plus de 45 000 épouses ont immigré au Canada pour vivre avec les maris, des soldats canadiens.

Crédit photo; Agence QMI

Manifestations antimonarchiques

Le duc et la duchesse de Cambridge ne se sont prêtés à aucun bain de foule lors de leur passage à Montréal. Ils n'ont pas non plus salué les centaines d'admirateurs qui s'étaient massés devant l'hôpital Sainte-Justine et l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ).

Il faut dire qu'un petit groupe de manifestants hostiles à la monarchie et bien visible attendait également Kate et William, munis de pancartes qui en disaient long sur leur message.

Le couple princier est arrivé à l'hôpital Sainte-Justine dans une voiture noire accompagnée d'un impressionnant cortège de véhicules. La trentaine de manifestants présents devant les lieux ont brandi des pancartes avec des slogans tels que «Parasite go home» («Parasites, rentrez chez vous»), «Non à la monarchie, oui à la démocratie ». «La monarchie, personne n'a voté pour ça», annonçait une immense banderole brandie par deux jeunes du Mouvement pacifiste pour l'indépendance du Québec (MPIQ), au milieu de drapeaux patriotiques.

Plusieurs d'entre eux, habillés en paysans, ont voulu faire passer un message original et symbolique au couple anglais. «Au 21e siècle, il y a encore des gens fiers d'accueillir une monarchie. C'est incroyable. Alors on s'est habillé comme des pauvres gens venus accueillir leur roi», a expliqué Elisabeth Simpson, membre du MPIQ.

«C'est une action ironique pour dénoncer une institution monarchique du Moyen-Âge», a renchéri Olivier, déguisé en prisonnier.

Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, a pris la parole aux cotés de Gilbert Paquette, coordonnateur de Cap sur l'indépendance (qui regroupe une vingtaine d'associations nationalistes québécoises).

«On dénonce l'hypocrisie du gouvernement canadien qui tente de donner une image d'harmonie avec la francophonie alors qu'il ne reste que 4,5% de francophones au Canada, hors Québec, et que la moitié d'entre eux ne parlent plus le français à la maison», a déploré M. Beaulieu.

Photos interdites?

Le président du Conseil du trésor fédéral, Tony Clement, a suscité la grogne des médias samedi, après avoir envoyé un tweet d'une photo montrant Kate et William observant le feu d'artifice de la Fête du Canada, à Ottawa.

La scène a été croquée vendredi soir par M. Clement pendant un moment privé du couple royal à l'hôtel Westin, interdit aux médias.

Certains photographes estiment que M. Clement a profité de son accès privilégié au couple pour leur couper l'herbe sous le pied.

 

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie